Tunisie : contraintes structurelles persistantes et incertitude politique ambiante


0 Partages

Selon le dernier rapport de la Banque mondiale consacrée à la situation et aux perspectives de la Tunisie, publié en ce mois d’octobre 2020, «la fragmentation de l’environnement politique, l’insuffisance des ressources budgétaires et la pression sociale exercée de plus en plus par une population frustrée laissent entrevoir une marge de manœuvre limitée» pour le gouvernement Mechichi. Nous reproduisons ci-dessous ce rapport très alarmiste.

Après avoir réussi à circonscrire la première vague de Covid-19, la Tunisie a connu vers la mi-2020 un fort ralentissement de la croissance, de l’emploi et des recettes budgétaires qui a rendu l’ampleur du choc plus perceptible. Les perspectives économiques pour 2020 se sont dégradées depuis les dernières prévisions. Dans l’intervalle, une deuxième vague d’infections et de nouvelles turbulences sur le front politique génèrent plus d’incertitudes.

Faits marquants et défis

La pandémie survient à un moment de grande fragilité dans l’histoire de l’économie tunisienne. En raison de l’instabilité politique qui persiste depuis la révolution, le pays peine à regagner la confiance des investisseurs, de sorte que la croissance du PIB n’a été que de 1,5 % en moyenne entre 2011 et 2019.

La croissance repose désormais de plus en plus sur la consommation tandis que les investissements et les exportations restent nettement inférieurs à leurs niveaux respectifs d’avant la révolution et le chômage demeure obstinément élevé à 15 %.

Pendant que la croissance marquait le pas, le contrat social qui considère le secteur public comme une source d’emplois et un garant de l’accessibilité financière a conduit à la détérioration du contexte budgétaire sous le poids d’une masse salariale publique considérable et des subventions aux prix à la consommation.

Les autorités tunisiennes ont bien géré la première vague de la pandémie, évitant qu’elle se propage à grande échelle en imposant très tôt un confinement strict. Elle a ainsi pu lever toutes les mesures de confinement et rouvrir les frontières dès début juillet. Cependant, une nouvelle vague d’infections est apparue, qui dépasse la première en gravité. À titre d’exemple, 477 nouvelles infections ont été enregistrées le 14 septembre, contre un pic de 61 cas en avril. Les cas sont principalement concentrés dans des groupes déterminés. La gestion de la crise tient à la recherche de contacts et à des confinements localisés, mais les mesures de distanciation sociale limitées entravent le respect du confinement.

Un autre défi majeur concerne la capacité de reconstruire l’économie après ce choc. La fragmentation de l’environnement politique, l’insuffisance des ressources budgétaires et la pression sociale exercée de plus en plus par une population frustrée laissent entrevoir une marge de manœuvre limitée.

Pourtant, les réformes dont le pays a besoin pour améliorer sa situation budgétaire, restaurer la confiance des investisseurs et accroître sa productivité sont plus urgentes que jamais.

Évolutions récentes

La pandémie a un impact plus lourd qu’initialement prévu. Le confinement a affaibli l’offre et la demande intérieures, entraînant une contraction du PIB de 21% (en glissement annuel) au deuxième trimestre. Dans le même temps, la réduction de la demande extérieure et les restrictions de voyage ont fait baisser les recettes touristiques de 47% ainsi que les exportations de produits mécaniques et électriques et de textiles (qui sont les principales exportations manufacturières de la Tunisie) de 27% vers la mi-2020, en glissement annuel.

D’autres facteurs influent également sur la croissance cette année. De nouveaux bouleversements politiques provoqués par la démission du gouvernement d’Elyes Fakhfakh formé récemment ont plongé le pays dans une plus grande incertitude, et les interruptions de travail plombent la production minière.

Pris ensemble, ces facteurs devraient contribuer à un ralentissement de l’économie de 9,2% en 2020, ce qui représente une baisse par rapport aux premières prévisions de -4 % en lien avec la Covid. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que le chômage soit passé de 15 à 18% au deuxième trimestre de l’année, un niveau atteint pour la dernière fois pendant la révolution de 2011. La pauvreté et la vulnérabilité devraient augmenter et inverser la tendance à la réduction rapide de la pauvreté observée ces dernières années.

Les témoignages recueillis dans le cadre d’une série d’entretiens téléphoniques menés conjointement par l’Institut national de la statistique (INS) et la Banque mondiale semblent indiquer que la pandémie a modifié les habitudes alimentaires. En effet, les ménages les plus pauvres ont réduit leur consommation alimentaire ou commencé à consommer des aliments moins appréciés. Pour faire face à la hausse des prix des denrées alimentaires ou compenser les pertes d’emplois, les ménages ont puisé dans leurs économies, reçu de l’aide ou emprunté de l’argent à des proches et différé le paiement de leurs obligations.

En 2020, l’extrême pauvreté mesurée sur la base du seuil de pauvreté international de 1,9 dollar en PPA restera inférieure à 1 %, tandis que la pauvreté mesurée sur la base d’un seuil de 3,2 dollars en PPA devrait augmenter d’environ 1,3 point de pourcentage, passant de 2,9 à 4,2 %. En outre, le pourcentage de la population susceptible de basculer dans la pauvreté devrait croître en 2020. L’utilisation d’un seuil de dépenses de 5,5 dollars en PPA ferait grimper le nombre de pauvres et de personnes exposées à la pauvreté, qui passerait de 16,6 à 22 % de la population totale.

D’après les prévisions, le déficit du compte courant reste élevé, s’établissant à 7,1% du PIB en 2020. Il s’agit cependant d’une amélioration par rapport aux 8,8% de 2019, les importations diminuant plus vite que les exportations. Ces facteurs sont de nature à soutenir l’accroissement continu des réserves de change, qui couvraient 142 jours d’importations en août (contre 95 jours un an plus tôt).

En revanche, le déficit budgétaire a été aggravé par une baisse de 11 % des recettes en milieu d’année, qui fait écho au ralentissement de l’activité économique et aux mesures de report d’impôts. La masse salariale a augmenté de 14% à la mi-2020, ajoutant aux pressions sur les dépenses et signalant l’absence de progrès dans la maîtrise du fichier solde de l’État.

Ces développements accroissent la vulnérabilité liée à la dette : on prévoit en effet que la dette publique devrait passer de 72,2% du PIB en 2019 à un pic de 86,6% du PIB en 2020, ce qui est nettement supérieur à l’indice de référence du fardeau de la dette des marchés émergents établi à 70% du PIB.

Perspectives

Après une contraction anticipée de 9,2% en 2020, la croissance devrait temporairement s’accélérer pour s’établir autour de 6% à mesure que les effets de la pandémie s’estompent. Cependant, après cette brève embellie, la trajectoire de la croissance devrait revenir à un rythme plus modéré d’environ 2 %.

Dans ce contexte, le déficit du compte courant devrait rétrécir en même temps que les industries d’exportation remontent la pente. Cette amélioration se produirait à pas lents, compte tenu des contraintes structurelles persistantes et de l’incertitude politique ambiante.

Le déficit budgétaire quant à lui devrait se creuser pour atteindre 8,1% du PIB en 2020, avant de diminuer progressivement jusqu’à 4,5 % d’ici 2022, au regard des risques baissiers liés à une masse salariale croissante.

Les perspectives de réformes pour soutenir la reprise s’annoncent difficiles. La population étant déjà mise à rude épreuve par ce choc sans précédent, il y a peu de marge de manœuvre pour améliorer les perspectives budgétaires en réduisant la masse salariale et les subventions non ciblées.

Des réformes structurelles visant à améliorer les performances des entreprises publiques, à accroître la contestabilité des marchés et à lutter contre la corruption sont de plus en plus nécessaires, mais elles dépendront de la capacité du nouveau gouvernement de technocrates formé en septembre 2020 par Hichem Mechichi à dégager un consensus sur la mise en œuvre des réformes nécessaires.

Les risques pour la sécurité constituent une autre préoccupation pour l’avenir, compte tenu des incidents ponctuels (dont le plus récent remonte au 6 septembre) qui entravent les perspectives de reprise du tourisme. Après avoir accusé une augmentation en 2020, la pauvreté devrait commencer à diminuer à partir de 2021, bien que lentement.

Les faits saillants du rapport :

1- la contraction prévue pour 2020 est -9,2% ;
2- une récession qui fait augmenter le taux de chômage à plus de 18% ;
3- la dette atteindra 86,6% du Pib, ce qui est au-delà de la moyenne de 71% pour les pays comparables;
4- la baisse des recettes fiscales de 11% et l augmentation de 14% de la masse salariale creusent le déficit budgétaire et aggrave la vulnérabilité de l’État;
5- désormais, l’économie est maintenue à flot par la consommation, et plus par l’investissement qui est plombé par le contexte qui n’attire plus les investisseurs…
Le tourisme a perdu 47% de ses recettes!
6- le gouvernement doit créer un consensus politique autour des réformes économiques à mener en urgence… dont les principales sont liées aux dysfonctionnements de l’Etat… et aux rétablissements des équilibres macro- économiques.




Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.