Enseignant décapité à Paris : Le pôle judiciaire antiterroriste ouvre une enquête sur les propos du député Khiari


0 Partages

Le ministère public du pôle judiciaire antiterroriste a ordonné l’ouverture d’une enquête suite au post publié, ce matin samedi 17 octobre 2020, par le député islamiste Rached Khiari (ancien Al-Karama), sur les réseaux sociaux, où il justifie le crime atroce perpétré, hier soir, à Paris, contre l’enseignant de 47 ans, Samuel Paty, décapité par un takfiriste de 18 ans, lui reprochant d’avoir montré des caricatures du prophète Mohamed à ses élèves…!

Dans une déclaration à l’agence Tap, le responsable de l’unité d’information et de communication et substitut du procureur de la république auprès du Tribunal de 1ère instance de Tunis, Mohsen Dali, a affirmé que les propos dudit député , peuvent constituer une glorification et une apologie d’un crime terroriste et que le pôle judiciaire antiterroriste a ouvert une enquête à ce propos.

Rappelons que le député tunisien avait publié un post sur sa page Facebook en écrivant : «L’offense au Messager d’Allah est le plus grave des crimes et celui qui le commet doit en assumer les conséquences, qu’il s’agisse d’un Etat, d’un groupe ou d’un individu».

En réaction à l’annonce de l’ouverture d’une enquête le concernant, Rached Khiari, élu sur une liste de la coalition islamiste Al-Karama présidée par Seifeddine Makhlouf, annoncera qu’il pourrait renoncer à son immunité parlementaire, tout en persistant dans son élan d’obscurantisme et d’extrémisme religieux.

«Je pourrais renoncer à mon immunité et au parlement, mais je ne renoncerai pas à ma condamnation du crime d’insultes Messager d’Allah, Mohamed, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix. Le prophète est plus important que le parlement, la politique et le monde entier», a-t-il écrit cet après-midi dans un autre post publié sur sa page Facebook.

Y. N.




Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.