Fakhfakh : Ennahdha et Qalb Tounes complotent avec des lobbys pour avoir la mainmise sur les rouages de l’État


0 Partages

Invité ce jeudi 1er octobre 2020 à l’émission «Abdelli Show Time», animée par Lotfi Abdelli sur Attessia TV, l’ancien chef du gouvernement Elyes Fakhfakh a indiqué qu’Ennahdha et Qalb Tounes complotent pour avoir la mainmise sur les rouages de l’État, tout en affirmant que ces deux partis sont aidés par des lobbys et des réseaux d’influence, conduits notamment par l’affairiste Kamel Eltaief.

Pour Elyes Fakhfakh, son départ a été orchestré par ces deux partis qui ont également été soutenus par des contrebandiers, puisque le gouvernement a déclaré la guerre à la contrebande et à la corruption, a-t-il affirmé, en ajoutant que des «mafias» influencent l’opinion publique, notamment à travers des médias ainsi que des pages sponsorisées sur les réseaux sociaux.

L’ancien chef du gouvernement a ainsi expliqué que s’il avait accepté d’élargir la coalition gouvernementale en acceptant la participation de Qalb Tounes, comme exigé des le début par le parti de Rached Ghannouchi, il serait encore à la Kasbah et n’aurait pas été pris pour cible : «Quant à l’affaire de conflit d’intérêts, dont on m’accuse, je peux affirmer que j’ai agi en toute légalité et que j’ai respecté les procédures en déclarant mes biens à l’Inlucc».

«Si c’était à refaire j’opterai pour la même démarche et je refuserai que Nabil Karoui rejoigne le gouvernement. Ce personnage est douteux et son parti a été fondé sur des bases douteuses et illégales. D’ailleurs il fait l’objet de plusieurs poursuites pour des affaires de corruption financière et une enquête a même été ouverte à Washington suite à l’affaire de lobbying international pour sa campagne électorale et le fameux contrat d’un million de dollars qu’il a payé à la société détenue pat l’Israélien», a-t-il encore dit, et d’ajouter : «Qu’il commence par expliquer d’où détient-il cette somme», (d’autant que ses comptes sont gelés à cause des affaires en justice ouvertes à son encontre pour des soupçons de corruption Ndlr),.

Elyes Fakhfakh estime également que le peuple n’accepte plus le système de corruption, en affirmant que cela s’est traduit par un rejet total de Nabil Karoui, lors du 2e tour de la présidentielle, où Kaïs Saïed a obtenu 72,9% des voix.

«D’ailleurs, le président de la république, qui refuse lui aussi ce système de corruption représenté par Nabil Karoui et les lobbies, fait l’objet, comme je le fût, de campagnes de dénigrement menées à coup d’intox et de désinformations diffusées tous les jours pour influencer l’opinion publique», ajoute M. Fakhfakh, en poursuivant : «Cette même machine, orchestrée par les mêmes parties, œuvre de la même manière afin que Qalb Tounes et Ennahdha puissent réaliser leur projet d’avoir la mainmise sur les rouages de l’Etat».

M. Fakhfakh a cependant évité d’ajouter qu’avec l’actuel chef de gouvernement, Hichem Mechichi, qui s’est rendu avec armes et bagages à la «nouvelle Troïka» (Ennahdha, Qalb Tounes et Al-Karama), ce plan est en cours de réalisation.

Y. N.




Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.