Un lanceur d’alerte victime de représailles

L’Instance nationale de lutte contre la corruption a publié une décision de protection d’un lanceur d’alerte victime d’actes de vengeance.

En effet, ce lanceur d’alerte a été victime d’une mutation abusive avec changement d’adresse. Son ascension professionnelle a été gelée suite à l’alerte qu’il a lancée concernant une suspicion de corruption dans un centre de visite technique. 

La décision de protection ordonne de rétablir l’agent dans sa fonction de contrôleur dans un centre de visite technique. Sa situation professionnelle sera dégelée et il obtiendra ainsi tous ses redevances financières.
 

L’INLUCC a précisé que toutes les mesures de protection du lanceur d’alerte seront prises pour éviter toute possibilité de vengeance ou de représailles directe ou indirecte.  
 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.