Macron rencontre l’icône libanaise de la chanson Fairouz

Dernière légende vivante de la chanson arabe, Fairouz, que le président français Emmanuel Macron rencontre lundi soir, transcende les puissants clivages confessionnels du Liban et demeure un rare symbole d’unité nationale d’un pays centenaire plus que jamais malade de ses fractures.

Depuis la mort de la diva égyptienne Oum Kalthoum en 1975, aucun chanteur arabe n’a atteint le niveau d’adulation de Fairouz, 84 ans, qui a exalté l’amour, la liberté, son Liban natal et la Palestine.

Incarnation de l’âge d’or d’un Liban prospère et bouillonnant de culture, Fairouz, pseudonyme qui signifie “turquoise” en arabe, est un ciment national rare.

Après s’être produite pendant plus d’un demi-siècle de Beyrouth à Las Vegas, en passant par Paris et Londres, elle s’est murée depuis plus d’une décennie dans un profond silence.

(AFP)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.