Le poème du dimanche: ‘‘Vie de mon âme…’’ de Hilda Hilst


0 Partages

Hilda Hilst est une poétesse et écrivaine brésilienne née le 21 avril 1930 à Jaú, État de São Paulo, et décédée le 4 février 2004 à Campinas. Grand nom de la poésie lusophone (en langue portugaise) et figure majeure de la poésie brésilienne, son présent poème est traduit au français par Catherine Dumas.

Hilda de Almeida Prado Hilst était la fille unique d’Apolônio de Almeida Prado Hilst et de Bedecilda Vaz Cardoso. Son père possédait une plantation de café et a également travaillé comme journaliste, poète et essayiste. Il a lutté contre la schizophrénie tout au long de sa vie. Sa mère venait d’une famille d’immigrants portugais conservateurs. Les conditions de ses parents souffrant de santé mentale et de normes sociales oppressives et conservatrices ont grandement influencé l’œuvre de Hilda Hilst.

Après avoir obtenu son diplôme du Mackenzie Presbyterian, Hilst a commencé à étudier pour son deuxième diplôme à la faculté de droit de l’Université de São Paulo. Au cours de ses études de droit, Hilst a rencontré son amie de toujours Lygia Fagundes qui lui fera découvrir la poésie brésilienne contemporaine.

Hilda Hilst a fait ses débuts dans la littérature avec la publication de son premier recueil de poésie, intitulé ‘‘Présage’’ (1950). En 1951, elle publie ‘‘Balada de Alzira’’. À partir de 1954, elle commence à se consacrer exclusivement à la production littéraire. Entre 1955 et 1962, ce fut une période prolifique durant laquelle elle a publié plusieurs recueils de poésie, dont ‘‘Balada do Festival’’ (1955) et ‘‘Ode Fragmentária’’ (1961).

Ayant vécu une vie mondaine à São Paulo, elle décide en 1965 de déménager à Campinas, où elle a commencé à vivre à «Casa do Sol» dans une ferme qu’elle a conçue et où ses amis lui rendent visite. En 1968, Hilda a épousé Dante Casarini. La même année, elle écrit les pièces ‘‘O Visitorante’’ et ‘‘Novo Sistema’’. En 1970, elle débute dans la fiction, avec le livre ‘‘Fluxo Floema’’. En 1982, elle a écrit ‘‘Senhora D’’, qui a ensuite été adapté pour le théâtre. En 1985, elle divorce de son mari. Elle continuera à s’occuper de son œuvre jusqu’à son décès le 4 avril 2004.

J’ai refait le chemin des maisons et des paysages
En me cherchant moi-même, mienne tienne figure.
J’ai refait le chemin des décombres du soir
Feuilles noircies, bourgeons, pelures
Papiers de terre et d’encre sous les arbres
Niches où nous nous confessâmes, places.

J’ai revu les chiens. Pas les mêmes. D’autres
Au même destin, fous, tristes,
Nous deux, ma haine-amour, traversant
Murailles et cendres, le parcours de la vie.

J’ai cherché la lumière et l’amour. Humaine, attentive
Comme si je cherchais ma bouche aux confins de sa soif.
J’ai refait le chemin de nos constructions, briques
Pelles, le sable des jours.

Et tout ce que j’ai trouvé je te le dis à présent:
Un autre quelqu’un sans visage. Brut. Aveugle.
L’architecte de tous ces traquenards.



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.