La Turquie verse du sang pendant le ramadan en Libye


0 Partages

Les groupes islamistes armés et les mercenaires turcs, les amis de Ghannouchi en Libye.

Le porte-parole de l’Armée nationale libyenne (ANL) Ahmed Al-Mismari a révélé lors de son dernier briefing des preuves convaincantes que la Turquie parraine une guerre terroriste sur le territoire du pays d’Afrique du Nord.

Par Hassan Mansour *

Al-Mismari a rapporté que l’ANL avait publié une vidéo montrant la contrebande d’un véhicule blindé turc de la Turquie vers la Libye. Al-Mismari a également déclaré que, selon les données officielles, Ankara avait déjà envoyé plusieurs milliers de militaires turcs pour soutenir le gouvernement d’union nationale (GUN), et plus de sept mille mercenaires et combattants syriens évacués de la province d’Idlib.

Par ailleurs, environ 2.500 éléments des opérations spéciales sont maintenant en attente de déploiement en Libye. Le représentant de l’ANL a noté que 37 vols avaient eu lieu la semaine dernière envers Tripoli de la Turquie pour le transport des mercenaires syriens et des armes modernes.

Les ambitions impériales d’Erdogan en Afrique du Nord

Ces preuves disent qu’Erdogan a l’intention de plonger toute l’Afrique du Nord, la Méditerranée orientale et le Moyen-Orient dans le chaos. Le gouvernement libyen de Fayez Sarraj et le dirigeant turc violent le droit international en utilisant des accords illégitimes comme justification et mènent une agression brutale contre le peuple libyen afin de réaliser les ambitions impériales d’Erdogan.

La politique étrangère turque conduit à l’augmentation du nombre de morts parmi les civils, à la détérioration de la situation humanitaire dans le pays, à l’effondrement de l’économie, à l’aggravation de la crise politique, à un nouvel afflux de migrants et pose de défis sérieux pour la région. Les efforts de la Turquie pour restaurer son empire menacent littéralement tous les pays de la région.

Les Turcs mènent une guerre en Libye et en Syrie en utilisant leurs forces armées nationales et leurs factions armées loyales. Dans le même temps, leur stratégie destructrice repose sur la coopération avec des organisations terroristes comme l’Etat islamique (EI-Daech) et Al-Qaïda.

La communauté internationale muette face aux violations turques

Ankara fait également du chantage à ses soi-disant alliés dans l’Union européenne (UE) en permettant les migrants de gagner l’UE, et en même temps les Turcs menacent Israël de saboter le bâtiment du gazoduc EastMed. Il convient de noter que des dizaines de militants syriens se sont déjà échappés de Libye en Europe avec de faux passeports.

Tous ces développements font douter de l’inefficacité des institutions internationales et politiques telles que l’Onu et l’UE. La communauté internationale ferme les yeux sur les nombreuses violations par la Turquie de l’embargo sur les armes et du déploiement de ses supplétifs syriens en Libye qui est ravagé par la guerre.

L’inaction des pays occidentaux permet aux Turcs de continuer à semer la guerre et la destruction en toute impunité partout dans la région. Les mesures de l’Onu ne sont pas suffisantes pour lutter contre les politiques criminelles et agressives d’Ankara. À cet égard, l’Onu devrait immédiatement enquêter sur les mécanismes d’approvisionnement du GUN en armes létales turques, et la mission IRINI dirigée par l’UE devrait être lancée dans les meilleurs délais pour arrêter l’activité illégale d’Ankara.

Les crimes du régime turc pendant ramadan en Libye

Lors du briefing, Al-Mismari a réitéré son appel à la communauté internationale pour aider à mettre fin au bain de sang sur le sol libyen. Les troupes du GUN, soutenues par la Turquie, ne cessent de blesser les musulmans même pendant le mois sacré du ramadan, tandis que le commandant de l’ANL a déclaré un cessez-le-feu unilatéral au nom de la paix et de la stabilisation du pays.

L’avenir de la Libye est désormais entre les mains de la communauté internationale. L’effusion de sang et les crimes du régime turc ne peuvent être stoppés que par les efforts conjoints des pays amis de la Libye et des organisations internationales.

* Journaliste indépendant.



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.