IFPRI : La Tunisie doit rouvrir rapidement son économie pour réduire ses pertes de revenus et d’emplois


Notice: Undefined variable: toReturn in /home/journaltt/www/wp-content/plugins/searchterms-tagging-2/searchterms-tagging2.php on line 1004


0 Partages

Un centre de recherche base à Washington brosse un tableau sombre de l’impact de la crise du Covid-19 sur la Tunisie et appelle la communauté internationale à travailler ensemble pour relancer le commerce et le tourisme et aider les pays comme la Tunisie, qui ont besoin d’aide pour surmonter cette crise sans précédent.

Par Imed Bahri

L’International Food Policy Research Institute (IFPRI), base à Washington, DC, a publié une etude intitulée «The Impact of Covid-19 on Tunisia’s Economy, Agri-food System, and Households» (L’impact de Covid-19 sur l’économie de la Tunisie, son système agroalimentaire et ses ménages), réalisée par un groupe d’économistes tunisiens et américains (Zouhair El-Kadhi, Dalia El-Sabbagh, Aymen Frija, Thouraya Lakoud, Manfred Wiebelt et Clemens Breisinger).

Selon ces derniers, la crise du Covid-19 devrait entraîner une baisse de 46,4% du PIB de Tunisie au cours du 2e trimestre 2020 (avril, mai et juin) et le secteur industriel sera le plus durement touché, la production devant chuter de 52,7%, suivie de près par les services (-49,0%) et l’agriculture (-16,2%). Ces pertes élevées sont le résultat du verrouillage total imposé dans le pays pour contenir la pandémie.

Les ménages urbains accuseront les plus importantes pertes de revenus

Les ménages urbains à revenu élevé subiront les plus importantes pertes de revenus, alors que les ménages urbains à faible revenu connaîtront, eux aussi, des réductions importantes de leur revenu. En guise de réponse politique, les transferts sociaux vers les ménages les plus pauvres réduiront l’impact négatif sur le bien-être des ménages à faible revenu.

Les politiques gouvernementales visant à soutenir les entreprises en difficulté permettront aux activités économiques de reprendre plus rapidement lorsque le verrouillage se desserrera. Par conséquent, une planification globale par le gouvernement tunisien pour rouvrir l’économie sera essentielle pour réduire à long terme les effets néfastes de la pandémie sur l’économie du pays, en réduisant les pertes d’emplois et de revenus, en particulier dans le secteur manufacturier et le commerce de détail.

Une perte de croissance estimée entre 3,8% et 11,6%

L’évaluation de l’impact sur l’économie tunisienne des chocs de l’offre et de la demande provoqués par les mesures de confinement appliquées pour ralentir la propagation du Covid-19 montre des effets significatifs. L’effet des mesures de confinement mises en place par les autorités tunisiennes – 6 semaines de confinement général avec blocage total de l’activité économique et 6 semaines de blocage partiel – coûte à l’économie une perte de croissance estimée à 3,8% si la durée de la crise est d’un mois et de 11,6% sur trois mois, ce qui équivaut respectivement à 4 et 12,2 milliards de dinars tunisiens.

Les pertes d’emplois sont estimées à 143.000 pour une crise d’un mois et 430.000 pour une crise de trois mois.

Le revenu des ménages diminuera en moyenne de 2,9% pour une crise d’un mois et de 8,6% pour une crise de trois mois.

Des pertes absolues de revenus plus importantes sont observées chez les ménages résidant dans les zones urbaines. Les impacts pour les ménages en milieu agricole sont moins graves que pour les ménages dont les membres travaillent dans d’autres secteurs de l’économie.

La plupart des répercussions économiques dues au Covid-19 seront davantage ressenties auprès des composantes non agricoles de l’économie tunisienne et résulteront principalement de la baisse de la demande des consommateurs. Alors que les ménages à revenu élevé et les ménages urbains sont confrontés aux plus importantes pertes absolues de revenu; les ménages à revenu plus faible et les ménages ruraux verront également leurs revenus baisser de manière significative et pourraient avoir plus de difficulté à faire face à ces pertes de revenu.

Le niveau de protection sociale requis pour les ménages pauvres sera probablement prohibitif, en particulier compte tenu de la baisse des recettes publiques résultant de la réduction de l’activité économique.

L’ouverture complète de l’économie sera cruciale pour réduire les pertes

Par conséquent, l’ouverture complète de l’économie sera cruciale pour éviter des pertes d’emplois et une augmentation de la pauvreté dans toute la Tunisie. La relance de l’économie et le soutien gouvernemental aux secteurs peuvent également offrir de nouvelles opportunités pour favoriser une transformation économique durable.

Cependant, face à l’ampleur des effets du Covid-19, aux mesures de confinement mises en place par le gouvernement tunisien dans le contexte d’une situation macroéconomique fragile et à la baisse des recettes fiscales liées au blocage de l’activité, les autorités devront mobiliser des ressources supplémentaires.

«Compte tenu de l’ampleur mondiale de la crise sanitaire et de ses conséquences économiques, la communauté internationale doit travailler ensemble pour relancer le commerce et le tourisme et aider les pays comme la Tunisie, qui ont besoin d’aide pour surmonter cette crise sans précédent», concluent les auteurs de l’étude.

Pour accéder au texte original en anglais de l’étude.



correspond aux recherches:

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.