Décès d’Ahmed Isaac Ibrahim, réfugié du camp de Choucha abandonné par les autorités

Nous avons appris vendredi 6 mars le décès d’Ahmed Isaac Ibrahim, 58 ans à l’Hôpital Mongi Slim de la Marsa. Ahmed faisait partie du groupe de réfugiés ayant fui la Libye en 2011 qui ont été déboutés par le Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies (UNHCR) lors des procédures de reconnaissance de leur statut.

Après l’évacuation forcée et la destruction du camp de Choucha en juin 2017, Ahmed et trente autres réfugiés ont été logés à la Maison des Jeunes de la Marsa, avec la promesse que c’était là une solution d’hébergement provisoire. Ignorés par les autorités tunisiennes et les organisations internationales, ces réfugiés vivent toujours à la Maison des Jeunes, dans des conditions dégradantes qui ont mené au décès d’Ahmed.

L’état de santé d’Ahmed Isaac Ibrahim s’est détérioré ces derniers mois du fait de la malnutrition et de la privation de soins médicaux réguliers. Son état s’est aggravé au cours des quatre derniers jours.

Ahmed s’était rendu une première fois à l’hôpital mercredi 4 mars où son cas a visiblement été négligé puisqu’il a été renvoyé à la maison des jeunes le même jour. Ses camarades réfugiés ont alors tenté de faire appel à des médecins et à des associations humanitaires (Médecins du Monde) pour qu’ils viennent l’examiner sur les lieux. Tous ont refusé de faire le déplacement. Certains sont allés jusqu’à motiver leur refus par la peur – infondée – d’une éventuelle contamination au Coronavirus.

Jeudi matin, vers 9h45, Ahmed a fait une crise cardiaque et ses amis l’ont de nouveau emmené à l’hôpital Mongi Slim où les médecins ont découvert que le taux de glycémie dans son sang était de 6 grammes/litre. “ C’est un problème de diabète qui a dû passer inaperçu ”, a déclaré le médecin qui l’a réanimé. Il est tombé dans le coma et est décédé vendredi 6 mars à l’aube.

Ahmed Isaac Ibrahim avait fui le Darfour il y a 16 ans, et, bien que remplissant les critères d’obtention du statut de réfugié, l’UNHCR le lui a refusé lors de procédures bâclées sur le camp de Choucha. Joints au téléphone vendredi matin, ses amis et camarades dénoncent les violations de droits de l’UNHCR à leur égard : « Ce sont eux les responsables, ils l’ont assassiné. C’est à eux de prendre en charge ses funérailles dans des conditions dignes » disent-ils, « D’ici un mois, une autre personne va mourir car nous sommes tous malade là-bas. Personne ne bouge, tout le monde est là et tout le monde regarde, même vous. C’est déplorable. Il est temps que l’UNHCR, qui nous a envoyé en Tunisie, résolve notre situation ».

Ahmed Isaac Ibrahim sera enterré demain lundi 9 mars entre la prière de Dhohr (midi) et la prière d’Asr (16h) au cimetière de Gammarth.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.