La gestation difficile du nouveau gouvernement : quand Ennahdha souffle le chaud et le froid

A 24 heures de la remise par le chef de Gouvernement désigné de la copie définitive du nouveau gouvernement  au chef de l’Etat, Ennahdha souffle le chaud et le froid.

Alors que son président Rached Ghannouchi affirme que son parti voterait à l’Assemblée la confiance au nouveau gouvernement «quoi qu’il arrive et même s’il n’y décroche aucun portefeuille», ses lieutenants se répandent en déclarations sur la nécessité d’obtenir trois portefeuilles en sus des cinq qu’il avait obtenus arguant de son poids électoral. Pour ne pas être en reste, les autres partis de la coalition font la fine bouche, en réclamant eux aussi des postes supplémentaires. Ce qui n’est pas de bon augure pour cette réunion du vendredi.     

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.