Walid Zidi, premier malvoyant à décrocher son doctorat en Tunisie

Lire sur Kapitalis

Walid Zidi, étudiant malvoyant inscrit la Faculté des lettres, des arts et des humanités de la Manouba (Flahm), a décroché son doctorat es lettres avec brio. Il est le premier malvoyant à réussir cet exploit en Tunisie.

Le jeune homme de 33 ans, originaire de Tajerouine (Le Kef), a expliqué, dans une déclaration à Mosaïque FM, hier, jeudi 31 janvier 2019, que plusieurs malvoyants tunisiens ont, après le bac, choisi de poursuivre leurs études à l’étranger. Ils ont pu ainsi avoir leur diplôme de différentes universités européennes, notamment de Paris-Sorbonne (France). Ce n’est pas son cas, car il a choisi de rester en Tunisie.

«Je suis actuellement enseignant à l’université de la Manouba. J’enseigne la traduction et la rhétorique à des voyants», a expliqué Walid Zidi, ajoutant : «L’accès à l’information est très difficile pour un malvoyant. Il y a des difficultés à trouver une personne pour vous lire les livres dont vous avez besoin pour vos recherches. Il y a des gens qui ont fait appel à des secrétaires pour les aider». 

Le jeune enseignant a, par ailleurs, indiqué qu’en Europe, les malvoyants ont accès à des machines spéciales pouvant les aider à poursuivre leurs études sans avoir besoin de l’aide d’un voyant.

E. B. A.

L’article Walid Zidi, premier malvoyant à décrocher son doctorat en Tunisie est apparu en premier sur Kapitalis.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Walid Zidi, premier malvoyant à décrocher son doctorat en Tunisie

Lire sur Kapitalis

Walid Zidi, étudiant malvoyant inscrit la Faculté des lettres, des arts et des humanités de la Manouba (Flahm), a décroché son doctorat es lettres avec brio. Il est le premier malvoyant à réussir cet exploit en Tunisie.

Le jeune homme de 33 ans, originaire de Tajerouine (Le Kef), a expliqué, dans une déclaration à Mosaïque FM, hier, jeudi 31 janvier 2019, que plusieurs malvoyants tunisiens ont, après le bac, choisi de poursuivre leurs études à l’étranger. Ils ont pu ainsi avoir leur diplôme de différentes universités européennes, notamment de Paris-Sorbonne (France). Ce n’est pas son cas, car il a choisi de rester en Tunisie.

«Je suis actuellement enseignant à l’université de la Manouba. J’enseigne la traduction et la rhétorique à des voyants», a expliqué Walid Zidi, ajoutant : «L’accès à l’information est très difficile pour un malvoyant. Il y a des difficultés à trouver une personne pour vous lire les livres dont vous avez besoin pour vos recherches. Il y a des gens qui ont fait appel à des secrétaires pour les aider». 

Le jeune enseignant a, par ailleurs, indiqué qu’en Europe, les malvoyants ont accès à des machines spéciales pouvant les aider à poursuivre leurs études sans avoir besoin de l’aide d’un voyant.

E. B. A.

L’article Walid Zidi, premier malvoyant à décrocher son doctorat en Tunisie est apparu en premier sur Kapitalis.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*