Béji Caid Essebsi : «La menace d’Ennahdha ne marchera pas avec moi»

Lire sur Kapitalis

Ne supportant plus son alliance avec Ennahdha, devenue trop contraignante et coûteuse sur le plan politique, car elle lui a fait perdre la confiance d’une grande partie de son électorat, Béji Caïd Essebsi multiplie les signes d’hostilité envers les islamistes.

Présidant aujourd’hui, jeudi 29 novembre 2018, au Palais de Carthage, le conseil de la sécurité nationale, le président de la république, Beji Caid Essebsi, a vivement répliqué au communiqué d’Ennahdha publié hier, mercredi 28 novembre, suite à l’audience, accordée la veille, par le chef de l’Etat, au Comité pour la défense des martyrs Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.

«Je l’ai accueilli (ledit comité, Ndlr) comme je le fais avec tout le monde. Il m’a fait parvenir des documents, je ne peux pas les ignorer. Cela parle de l’organisation secrète d’Ennahdha qui n’est plus un secret pour le monde entier, mais il semble que cette audience a scandalisé Ennahdha et il l’a fait savoir dans une déclaration qui comprend une menace à mon adresse… Je ne le permets pas», a réagi Béji Caid Essebsi, sur un ton ferme.

«S’ils pensent que par ce discours, ils vont m’empêcher de dormir, ils se trompent», a-t-il encore répliqué. Et d’ajouter : «Avec moi ça ne marche pas de cette façon», avant de conclure que les tribunaux vont «examiner la question de cet organisation secrète».

On peut estimer que le stratagème de Bajbouj a réussi. Ne supportant plus son alliance avec Ennahdha, devenue trop contraignante et coûteuse sur le plan politique, car elle lui a fait perdre la confiance d’une grande partie de son électorat, ce dernier a multiplié les signes d’hostilité envers les islamistes. L’audience accordée au comité de défense de Belaid et Brahmi, proche du Front populaire, ennemi juré d’Ennahdha, a constitué un casus belli inacceptable pour ce mouvement. La suite on la connaît…

Dans cette nouvelle guéguerre, de nouveaux épisodes sont à prévoir et peut-être à craindre… si l’enquête judiciaire avance dans une direction qui accule les islamistes dans leurs derniers retranchements.

L’exercice, évidemment périlleux, requiert beaucoup de doigté. Pourvu que les décervelés de Nidaa Tounes ne s’y associent pas trop !

H. M.

Béji Caïd Essebsi : Ennahdha m’a menacé dans son dernier communiqué !

Ennahdha a sacrifié Khedher pour protéger un proche de Ghannouchi

L’article Béji Caid Essebsi : «La menace d’Ennahdha ne marchera pas avec moi» est apparu en premier sur Kapitalis.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Béji Caid Essebsi : «La menace d’Ennahdha ne marchera pas avec moi»

Lire sur Kapitalis

Ne supportant plus son alliance avec Ennahdha, devenue trop contraignante et coûteuse sur le plan politique, car elle lui a fait perdre la confiance d’une grande partie de son électorat, Béji Caïd Essebsi multiplie les signes d’hostilité envers les islamistes.

Présidant aujourd’hui, jeudi 29 novembre 2018, au Palais de Carthage, le conseil de la sécurité nationale, le président de la république, Beji Caid Essebsi, a vivement répliqué au communiqué d’Ennahdha publié hier, mercredi 28 novembre, suite à l’audience, accordée la veille, par le chef de l’Etat, au Comité pour la défense des martyrs Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.

«Je l’ai accueilli (ledit comité, Ndlr) comme je le fais avec tout le monde. Il m’a fait parvenir des documents, je ne peux pas les ignorer. Cela parle de l’organisation secrète d’Ennahdha qui n’est plus un secret pour le monde entier, mais il semble que cette audience a scandalisé Ennahdha et il l’a fait savoir dans une déclaration qui comprend une menace à mon adresse… Je ne le permets pas», a réagi Béji Caid Essebsi, sur un ton ferme.

«S’ils pensent que par ce discours, ils vont m’empêcher de dormir, ils se trompent», a-t-il encore répliqué. Et d’ajouter : «Avec moi ça ne marche pas de cette façon», avant de conclure que les tribunaux vont «examiner la question de cet organisation secrète».

On peut estimer que le stratagème de Bajbouj a réussi. Ne supportant plus son alliance avec Ennahdha, devenue trop contraignante et coûteuse sur le plan politique, car elle lui a fait perdre la confiance d’une grande partie de son électorat, ce dernier a multiplié les signes d’hostilité envers les islamistes. L’audience accordée au comité de défense de Belaid et Brahmi, proche du Front populaire, ennemi juré d’Ennahdha, a constitué un casus belli inacceptable pour ce mouvement. La suite on la connaît…

Dans cette nouvelle guéguerre, de nouveaux épisodes sont à prévoir et peut-être à craindre… si l’enquête judiciaire avance dans une direction qui accule les islamistes dans leurs derniers retranchements.

L’exercice, évidemment périlleux, requiert beaucoup de doigté. Pourvu que les décervelés de Nidaa Tounes ne s’y associent pas trop !

H. M.

Béji Caïd Essebsi : Ennahdha m’a menacé dans son dernier communiqué !

Ennahdha a sacrifié Khedher pour protéger un proche de Ghannouchi

L’article Béji Caid Essebsi : «La menace d’Ennahdha ne marchera pas avec moi» est apparu en premier sur Kapitalis.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*