Le président gabonais Ali Bongo a-t-il «disparu» en Arabie saoudite ?

Lire sur Kapitalis

Le président du Gabon Ali Bongo, «qui a été victime d’un mini-AVC aggravé par de l’hypertension, va mieux», rapporte l’hebdomadaire parisien ‘‘Jeune Afrique’’, alors que le journal ‘‘Al-Quds’’, paraissant à Londres, parle de sa «disparition» (sic !) au cours d’une récente visite en Arabie saoudite.

Il faut dire que la dernière apparition publique de Bongo (59 ans) remonte au 23 octobre 2018, à Riyad, où il a participé à une conférence sur l’avenir de l’investissement et a été reçu par le roi Salman.

Citant une source gabonaise haut placée au Gabon en contact quotidien avec Riyad, le magazine ‘‘Jeune Afrique’’, qui est souvent bien informé des affaires africaines, écrit : «On lui a enlevé l’assistance respiratoire, et il va entamer une rééducation. Il est réveillé et commence à voir ses proches. Tout sera rentré dans l’ordre d’ici deux ou trois semaines».

Quant au quotidien londonien arabophone, possédé par des fonds de l’émirat gazier du Qatar, a consacré en une un article sur le cas Bongo intitulé «Polémique autour du président gabonais ‘‘disparu’’ depuis sa visite en Arabie saoudite», laissant insidieusement penser à un remake de l’affaire du journaliste Jamal Khachoggi, tué par des agents du service de renseignements saoudien au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, le 2 octobre dernier.

Les Qataris, on le sait, font feu de tout bous dès qu’il s’agit de leurs grands voisins saoudiens, qui ont déjà une assez mauvaise réputation pour qu’on ait besoin de leur en rajouter.

I. B.

L’article Le président gabonais Ali Bongo a-t-il «disparu» en Arabie saoudite ? est apparu en premier sur Kapitalis.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Le président gabonais Ali Bongo a-t-il «disparu» en Arabie saoudite ?

Lire sur Kapitalis

Le président du Gabon Ali Bongo, «qui a été victime d’un mini-AVC aggravé par de l’hypertension, va mieux», rapporte l’hebdomadaire parisien ‘‘Jeune Afrique’’, alors que le journal ‘‘Al-Quds’’, paraissant à Londres, parle de sa «disparition» (sic !) au cours d’une récente visite en Arabie saoudite.

Il faut dire que la dernière apparition publique de Bongo (59 ans) remonte au 23 octobre 2018, à Riyad, où il a participé à une conférence sur l’avenir de l’investissement et a été reçu par le roi Salman.

Citant une source gabonaise haut placée au Gabon en contact quotidien avec Riyad, le magazine ‘‘Jeune Afrique’’, qui est souvent bien informé des affaires africaines, écrit : «On lui a enlevé l’assistance respiratoire, et il va entamer une rééducation. Il est réveillé et commence à voir ses proches. Tout sera rentré dans l’ordre d’ici deux ou trois semaines».

Quant au quotidien londonien arabophone, possédé par des fonds de l’émirat gazier du Qatar, a consacré en une un article sur le cas Bongo intitulé «Polémique autour du président gabonais ‘‘disparu’’ depuis sa visite en Arabie saoudite», laissant insidieusement penser à un remake de l’affaire du journaliste Jamal Khachoggi, tué par des agents du service de renseignements saoudien au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, le 2 octobre dernier.

Les Qataris, on le sait, font feu de tout bous dès qu’il s’agit de leurs grands voisins saoudiens, qui ont déjà une assez mauvaise réputation pour qu’on ait besoin de leur en rajouter.

I. B.

L’article Le président gabonais Ali Bongo a-t-il «disparu» en Arabie saoudite ? est apparu en premier sur Kapitalis.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*