Radhouane Ayara dément sa démission de Nidaa Tounes

Lire sur Kapitalis

Radhouane Ayara, nommé ministre auprès du chef du gouvernement chargé de l’Émigration et des Tunisiens à l’étranger, a formellement démenti l’information selon laquelle il aurait présenté sa démission de Nidaa Tounes.

Le nouveau ministre dans le gouvernement Chahed III a indiqué, dans un post publié aujourd’hui, jeudi 8 novembre 2018, sur son compte Facebook, que cette information diffusée par certains médias est totalement infondée.

«Quel est l’intérêt de faire circuler cette information dans un moment où nous avons besoin de calme sur la scène politique et de chercher des consensus pour assurer le fonctionnement normal de l’Etat?», s’est interrogé M. Ayara.

On fera remarquer au passage que M. Ayara est resté vague quant au fond de la question: il ne démissionne pas de Nidaa, certes, mais va-t-il démissionner du gouvernement ? Il semble hésiter sur la démarche à prendre car l’une et l’autre décision ne sont pas sans conséquence sur son avenir politique et, par prudence, il préfère temporiser pour voir vers vers quelle direction va tourner le vent.

Rappelons que Slim Riahi, secrétaire général de Nidaa Tounes, et Hafedh Caïd Essebsi, directeur de son comité politique, ont appelé les ministres issus de ce parti à faire un choix définitif entre quitter le gouvernement ou le parti.

Cet ultimatum a été lancé après l’annonce de Youssef Chahed de la liste des nouveaux membres de son gouvernement, qui a d’ailleurs déplu à plusieurs dirigeants de Nidaa, à commencer par son fondateur, le président de la république, Béji Caïd Essebsi.

E. B. A.

Raouf Khamassi, l’homme qui fait la pluie et le beau temps à Nidaa

Béji Caïd Essebsi : «Youssef Chahed n’est pas mon adversaire !»

Officiel : Nidaa « ordonne » à ses ministres de quitter le gouvernement

L’article Radhouane Ayara dément sa démission de Nidaa Tounes est apparu en premier sur Kapitalis.




Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*