Samia Abbou dénonce la corruption, mais fréquente les corrompus

Lire sur Kapitalis

Samia Abbou/Chawki Tabib.

Selon Samia Abbou, députée Attayar (Courant démocratique), l’Instance nationale de lutte contre la corruption (Inlucc) n’est qu’un simple organisme gouvernemental œuvrant, selon ses termes, «à l’ordonnance du bien et à l’interdiction du mal.»

La députée Attayar a indiqué, dans une déclaration au journal en langue arabe « Assabah« , publiée aujourd’hui, lundi 15 octobre 2018, que l’Inlucc n’est habilitée qu’à déposer des affaires de corruption devant la justice et ne dispose d’aucun dispositif de suivi des affaires qu’elle dépose.

Mme Abbou a, par ailleurs, déploré que tous les gouvernements qui se sont succédé n’ont cessé d’entraver les misions de l’Inlucc depuis sa création.

Sur un autre plan, la députée d’Attayar a indiqué que le chef du gouvernement Youssef Chahed a fait pression sur des hommes d’affaires pour que les députés issus de leurs partis respectifs rejoignent le bloc Coalition nationale, créé il y a quelques semaines pour le soutenir. Selon elle, le locataire du palais de la Kasbah menacerait même des journalistes pour les amener également à le soutenir.

Toutes ces affirmations sont des énormités qui méritent bien entendu d’être prouvées. Mais ce que l’on sait, en revanche, preuves à l’appui, c’est que, malgré tous ses cris et vociférations contre la corruption, Mme Abbou n’a strictement aucun problème avec les corrompus. On peut même dire qu’elle adore leur fréquentation.

Pour preuve : on ne l’a jamais entendue critiquer l’une des plus grandes figures de la corruption, Chafik Jarraya, poursuivi par le tribunal militaire, depuis mai 2017, pour trahison, atteinte à la sécurité de l’Etat et intelligence avec une armée étrangère.

On la voit même souvent sur le plateau de Nessma TV, la chaîne opérant dans l’illégalité totale et dont le patron, Nabil Karoui, un évadé fiscal notoire et un grand ami de Chafik Jarraya, n’est pas l’abbé Pierre. Pas plus que Mme Abbou n’est Mère Theresa…

Il est est vrai qu’il est plus facile, et moins coûteux, pour Mme Abbou, de critiquer Youssef Chahed et Chawki Tabib, deux hommes intègres et qui luttent, difficilement et presque seuls, contre la corruption, que de dénoncer les vrais corrompus, qui, eux, ont le bras long et peuvent faire et défaire les ambitions politiques les plus légitimes. Et Mme Abbou en a beaucoup, de ces ambitions-là, autant sinon plus que son vertueux époux.

 E. B. A.

Imed Daïmi : Chawki Tabib a essayé d’étouffer une affaire de corruption

Corruption : L’Inlucc dément les accusations d’Imed Daïmi

 

L’article Samia Abbou dénonce la corruption, mais fréquente les corrompus est apparu en premier sur Kapitalis.




Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*