Les startups tunisiennes mettent le cap sur le marché africain

Lire sur Kapitalis

Le hub d’innovation et d’investissement IntilaQ, leader tunisien de financement des startups technologiques, a soutenu la «connexion party» de la 1ère édition du sommet Africa Up organisé les 2 et 3 octobre 2018 à l’hôtel Laico à Tunis.

Durant ce sommet, ouvert officiellement par Anouar Maarouf, ministre des Technologies et de l’Economie numérique, 70 speakers africains et internationaux ont été présents, 200 startups et plusieurs centaines de personnes y ont participé, représentant une vingtaine de pays africains pour une rencontre riche en expositions, panels, workshops, challenges et sessions de réseautage.

IntilaQ, facilitateur des partenariats

Africa Up était dédié aux startups, à l’innovation, à la créativité et aux nouvelles économies digitales afin d’échanger, partager et découvrir les écosystèmes d’investissement des pays émergents.

C’est dans cette optique que le hub d’innovation et d’investissement IntilaQ y a participé afin de faciliter les partenariats entre les startups tunisiennes et leurs potentiels futurs clients sur le continent africain.

Le réseautage étant la pierre angulaire de ce sommet, IntilaQ y a favorisé l’interaction entre les participants afin de transformer ces échanges en partenariats concrets voire en implémentations pratiques sur le continent africain dont le marché technologique demeure encore sous-exploité en termes d’offres de produits et de services, malgré une croissance économique égale à environ 5% tous pays confondus et une population de 1,2 milliard d’habitants estimée à 2,5 milliards d’ici 2050.

«Nous sommes persuadés que l’Afrique représente un marché inestimable pour tout secteur économique et notamment celui des technologies de l’information», a indiqué Bassem Bouguerra, directeur exécutif de IntilaQ. «IntilaQ tente de placer les startups tunisiennes sur la tendance actuelle réellement positive des investissements et qui nous pousse à être optimistes puisqu’en 2017 les startups africaines ont franchi le seuil symbolique des 500 millions de dollars de levées de fonds», a-t-il précisé.

Développement de l’écosystème des startups tunisiennes

IntilaQ continue de réinvestir dans les startups tunisiennes qu’elle accompagne et de soutenir leur croissance internationale. Sur le premier semestre 2018, le fonds a réinvesti dans 4 de ses meilleures startups : Roamsmart, l’un des leaders mondiaux des outils de gestion de l’activité roaming chez les opérateurs Télécom, Datavora, la jeune startup tunisienne qui dispose de tous les atouts pour devenir le leader mondial du e-commerce monitoring, Symmetryk, l’éditeur de solutions de gestion du matériel promotionnel des industries pharmaceutiques opérant exclusivement sur le marché européen, Ezzayra, l’éditeur de solutions technologiques agricoles comptant plus de 70 fermes sous gestion appartenant à des grands groupes.

Le dernier investissement en date est un «follow-on» dans le studio de gaming Polysmart mieux connu sous le brand NuckedCockroach, une startup tunisienne qui vient d’ouvrir sa branche lyonnaise, travaillant sur un “Multiplayer Online Battle Arena” (MOBA) extrêmement ambitieux baptisé “Veterans Online”.

IntilaQ est un hub d’innovation et d’investissement fondé fin 2014 par Qatar FriendshipFund & Microsoft et ayant pour mission la dynamisation de l’écosystème des startups technologiques en Tunisie. Il intervient d’abord à travers un soutien direct aux startups via une offre d’accompagnement globale couvrant les besoins financiers (jusqu’à 1 million de dinars tunisiens, MDT), techniques, commerciaux, et également sur le plan du recrutement des ressources humaines, ainsi que celui relatif à l’amélioration de la visibilité des startups à travers les prestations des partenaires média (PR boost).

IntilaQ intervient ensuite au niveau de l’écosystème dans sa globalité et en faveur des étudiants, développeurs, startups, et chercheurs, en organisant des formations et des événements autour des dernières tendances technologiques. Cette activité vise essentiellement la démocratisation de l’usage de certaines technologies, la mise à niveau des développeurs tunisiens et l’identification de nouvelles opportunités d’affaires.

Le fonds d’investissement a déjà pu financer 26 startups (12 MDT d’investissement global) sur 60 startups accompagnées et a pu former une moyenne de 700 étudiants et développeurs par an depuis sa création.

Source : communiqué.

L’article Les startups tunisiennes mettent le cap sur le marché africain est apparu en premier sur Kapitalis.




Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*