Football-Ligue : Le Club sfaxien démystifie l’Espérance

Lire sur Kapitalis

L’Espérance sportive de Tunis (EST) a encore une fois été trahie par son indigence en attaque et elle l’a payé cher avec une défaite 2-0 devant le Club sportif sfaxien (CSS), aujourd’hui, dimanche 7 octobre 2018, pour le compte de la 4e journée de la Ligue 1 de football.

Le CSS a joué le bloc et les contre-attaques qui lui ont permis de surprendre son vis-à-vis en première mi-temps par Aymen Herzi (32’) puis par Firas Chaouat en fin de match.

Car le plus clair du temps, le CSS a cherché à contrer son adversaire, ne montrant le nez qu’en deux autres occasions. L’organisation défensive de Ruud Krol, avec un quatuor fixe devant les buts du gardien Aymen Dahmen et un milieu de terrain récupérateur a finalement été payante.

L’Espérance a pris le jeu à son compte mais encore une fois elle a péché par une grosse faiblesse en attaque où Anice Badri, Youcef Belaili et Taha Yassine Khenissi ont manqué – encore une fois – de fraîcheur et d’engagement.

Les «Sang et or» ont certes essayé de surprendre les locaux mais ils ont manqué de percussion et de vitesse. Il ne pouvait pas en être autrement avec une ligne d’attaque en veilleuse. Ils n’ont pénétré qu’une seule fois dans la zone de réparation adverse par Haythem Jouini à la… 77e minute.

À l’exception d’un corner sur la barre de Belaili (16’) et d’une tête Mohamed Ali Yaacoubi sur coup franc dans les mains de Dahmen (82’), l’EST a du faire circuler la balle sur les côtés, sans véritable danger pour la défense sfaxienne bien dirigée par le duo central Nassim Hnid et Hani Amamou, qui, à l’instar de tous leurs coéquipiers, ont gagné quasiment tous leurs duels.

Le CSS s’est imposé par sa grande détermination et son opportunisme. Il l’a mérité mais pourquoi il n’a pas été aussi motivé en Coupe arabe des clubs, qu’il perdu la semaine écoulée?

H. M.

Espérance de Tunis : Yassine Khenissi dans un test majeur

L’article Football-Ligue : Le Club sfaxien démystifie l’Espérance est apparu en premier sur Kapitalis.




Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*