Al-Joumhouri rejette  l’amendement de la loi électorale à l’approche des élections de 2019

Le parti Al-Joumhouri a rejeté l’amendement de la loi électorale à l’approche des élections de 2019, estimant que la proposition du gouvernement de fixer à 5% le seuil électoral est de nature à porter atteinte au pluralisme parlementaire et à la diversité du paysage politique.

Dans un communiqué à l’issue de la réunion, mercredi, de son bureau politique, le parti a indiqué avoir débattu lors de la réunion du projet relatif à l’amendement de la loi électorale fixant le seuil électoral à 5%, lequel projet a été soumis par le gouvernement à l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE).

Pour Al-Joumhouri, la fragmentation de la scène parlementaire est due à la crise au sein du groupe parlementaire de Nidaa Tounes, vainqueur des élections, et non pas au pluralisme parlementaire.

Le bureau exécutif d’Al-Joumhouri a, par ailleurs, relevé des « tentatives de violation de la décision nationale contre la normalisation » en autorisant un navire travaillant pour une société sioniste et battant pavillon turc d’accoster au port de Radès.

Le parti a, dans ce contexte, appelé le gouvernement à assumer ses responsabilités pour mettre fin à ces agissements et demander des comptes à tous ceux qui tentent de porter atteinte à la sécurité nationale.

Le parti Al-Joumhouri avait obtenu un siège unique aux élections législatives de 2014.




Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*