Razi : La justice ordonne une contre-expertise pour évaluer l’état de Nouha

Lire sur Kapitalis

L’avocat de Nouha B. (19 ans) internée contre son gré à l’hôpital psychiatrique Razi, à l’ouest de Tunis, a obtenu une ordonnance de contre-expertise par un juge auprès du tribunal de Manouba.

Afin de s’assurer que la jeune fille n’a pas été internée à cause de son athéisme, comme cela avait été indiqué par la concernée, dont le papa est imam à Jendouba, Me Baatour a appelé à une contre-expertise afin d’évaluer l’état psychique Nouha.

Cette dernière dénonce sa prise en charge sous contrainte, le 11 juillet 2018, et accuse son papa d’avoir provoqué son internement en hôpital psychiatrique après avoir découvert son athéisme. Thèse soutenue par ses amis et des défenseurs des libertés individuelles, notamment les membres de l’association «Les libres penseurs», dont elle fait partie Nouha.

Cette thèse à cependant, été démentie par des médecins de Razi, qui ont appelé les amis de la jeune fille à la laisser se faire soigner en paix.

Un collectif d’avocats s’est alors formé pour défendre Nouha et Me Mounir Baatour a soumis à la justice une demande de contre-expertise qui a été acceptée par le procureur.

Une commission de trois médecins psychiatres a été constituée. Ces derniers examineront Nouha lundi prochain, 23 juillet, pour dire si son état nécessitait un internement.

Y. N.

Psychiatres : Pas de lien entre l’internement de Nouha et son athéisme

L’article Razi : La justice ordonne une contre-expertise pour évaluer l’état de Nouha est apparu en premier sur Kapitalis.




Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Razi : La justice ordonne une contre-expertise pour évaluer l’état de Nouha

Lire sur Kapitalis

L’avocat de Nouha B. (19 ans) internée contre son gré à l’hôpital psychiatrique Razi, à l’ouest de Tunis, a obtenu une ordonnance de contre-expertise par un juge auprès du tribunal de Manouba.

Afin de s’assurer que la jeune fille n’a pas été internée à cause de son athéisme, comme cela avait été indiqué par la concernée, dont le papa est imam à Jendouba, Me Baatour a appelé à une contre-expertise afin d’évaluer l’état psychique Nouha.

Cette dernière dénonce sa prise en charge sous contrainte, le 11 juillet 2018, et accuse son papa d’avoir provoqué son internement en hôpital psychiatrique après avoir découvert son athéisme. Thèse soutenue par ses amis et des défenseurs des libertés individuelles, notamment les membres de l’association «Les libres penseurs», dont elle fait partie Nouha.

Cette thèse à cependant, été démentie par des médecins de Razi, qui ont appelé les amis de la jeune fille à la laisser se faire soigner en paix.

Un collectif d’avocats s’est alors formé pour défendre Nouha et Me Mounir Baatour a soumis à la justice une demande de contre-expertise qui a été acceptée par le procureur.

Une commission de trois médecins psychiatres a été constituée. Ces derniers examineront Nouha lundi prochain, 23 juillet, pour dire si son état nécessitait un internement.

Y. N.

Psychiatres : Pas de lien entre l’internement de Nouha et son athéisme

L’article Razi : La justice ordonne une contre-expertise pour évaluer l’état de Nouha est apparu en premier sur Kapitalis.




Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*