On avait déjà l’Imam Maaloul, on a désormais Saint-Lotfi Brahem

Lire sur Kapitalis


Lotfi Brahem avec Ali Zeramdini, un de ses fidèles à la garde nationale, expert en sécurité invité, dimanche après l’attentat, par Nessma, la chaîne de Nabil Karoui, pour chanter les louanges de Saint-Brahem.

À en croire les idiots utiles qui pullulent sur les réseaux sociaux et les faux experts qui squattent les plateaux télé, on avait eu un saint à la tête du ministère de l’Intérieur, et on ne s’en est rendu compte qu’après coup.

Pour ces mages et autres initiés aux sciences occultes qu’ignorent les profanes que nous sommes, l’attentat de dimanche 8 juin 2018 à Aïn Soltane (Ghardimaou, Jendouba) a eu lieu parce que Lotfi Brahem a été limogé.

S’il était encore aux commandes de la bâtisse grise de l’avenue Habib Bourguiba, il n’y aurait point eu d’attentat. En le débarquant, on aurait débarqué sa baraka. Les dieux se sont mis en colère et ont décidé de le venger.

De plus, essayez de critiquer M. Brahem et vous verrez qu’à l’instant T où vous le critiquez, une horde d’individus surgira, comme par hasard, sur Facebook comme un seul homme pour le défendre avec une gouaille sans égale, de la manière la plus innocente et la plus désintéressée qui soit. Même sur les plateaux télé, il est défendu comme un saint persécuté. Saint-Lotfi Brahem, vous dis-je.

Et tant qu’on y est, tâchons de remplacer à la tête de notre équipe nationale l’Imam Maaloul par Saint-Lotfi Brahem. La sainteté supplante l’imamat.

I. B.

Une vraie fausse experte en sécurité nommée Badra Gaaloul

L’article On avait déjà l’Imam Maaloul, on a désormais Saint-Lotfi Brahem est apparu en premier sur Kapitalis.




Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*