Le torchon brûle entre Hafedh Makni et Mohamed Zinelabidine

Lire sur Kapitalis

L’Orchestre symphonique tunisien (OST) se fait écarter par le ministère des Affaires culturelles du Projet Verdi. Les dessous d’une crise…

L’OST a annoncé sur sa page Facebook officielle l’annulation de sa participation au projet tuniso-italien Verdi qu’il préparait depuis des mois avec la compagnie italienne Luglio Trapanese et qu’il comptait présenter cet été aux festivals de Carthage et d’El Jem.

«Malgré les différentes étapes de préparation, de répétition, d’auditions pour le choix des choristes et des musiciens, les différentes réunions impliquant les parties tunisiennes et italiennes … Le ministère de tutelle en a décidé autrement», lit-on notamment.

Pire encore, l’OST, fondé en 1969 et dirigé depuis 2012 par Hafedh Makni, se fait voler le projet puisque le ministre Mohamed Zinelabidine, musicien et musicologue lui-même, souhaite finalement l’attribuer à l’Orchestre de l’opéra de Tunis, créé il y a seulement quelques mois à l’occasion de l’inauguration de la Cité de la Culture. «Le ministère s’acharne à faire avorter les projets de l’OST», lit-on encore sur la page officielle de l’institution.

Les témoignages des différents musiciens de l’OST se sont multipliés pour dénoncer cette décision incompréhensible de la part du ministère des Affaires culturelles, accusé de marginaliser, voire de faire disparaître l’OST. «Les répétitions duraient au-delà du raisonnable dans des conditions catastrophiques, mais compte tenu de la beauté et de l’importance du projet Verdi, les musiciens ont décidé de se plier en quatre», confie Sarra Zine, violoniste au sein de l’OST. «Ces musiciens n’ont pas été payés depuis août 2017 !», s’alarme-t-elle.

La tension a atteint son summum entre l’OST et le ministère de tutelle au point que le maestro Hafedh Makni a annoncé sur une radio privée (Mosaïque FM) qu’il ne tarderait plus à démissionner. Une annonce qui a apparemment fait écho au sein du ministère puisqu’un peu plus tard, on s’étonne de lire encore sur la page officielle de l’OST que «le ministre des Affaires culturelles anticipe la démission de Hafedh Makni en mettant fin à ses fonctions». Ambiance…

Fawz Ben Ali

L’article Le torchon brûle entre Hafedh Makni et Mohamed Zinelabidine est apparu en premier sur Kapitalis.




Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*