A la Cité de la Culture: L’hommage à Hassan Hosni Abdelwahab (Photos)

La Cité de la Culture accueille la manifestation qui s’inscrit dans le cadre des objectifs du Forum qui vise à rendre hommage à toutes les figures nationales qui ont contribué par leurs divers apports à l’essor de la pensée moderniste tunisienne.

L’hommage destiné à Hassan Hosni Abdelwahab débute avec une rencontre de réflexion présidée par l’universitaire Abdelhamid Larguech avec la participation de plusieurs hommes de lettres, historiens et intellectuels parmi lesquels : Hédi Timoumi, Jalloul Ridane, Mohamed Mokhtar Laâbidi, Samir Becha. Les participants à cette rencontre se pencheront sur le parcours de Hassan Hosni Abdelwahab, son expérience éditoriale, sa contribution à la recherche musicale et à la promotion des auteurs tunisiens.

La deuxième journée de cette rencontre, le samedi 2 juin, proposera une visite de l’exposition consacrée à Hassan Hosni Abdelwahab, ainsi qu’une rencontre de réflexion présidée par Mohamed Ayet Mihoub avec la participation des universitaires Jalloul Azzouna, Mohamed Hédi Magdoud, Noureddine Doggi, Moez Ouhaibi. Cette seconde rencontre littéraire sera ainsi consacrée à la dimension historique dans l’œuvre de Hassan Hosni Abdelwahab à travers ses manuscrits.

Eminent historien… Et homme politique

Hassan Hosni Abdelwahab (1884-1968) est issu d’une famille de dignitaires tribaux alliés aux beys de Tunis, les Charni : son grand-père paternel Abdelwaheb faisait partie de la direction de la gendarmerie tribale, bach hamba en 1815, puis du protocole sous les règnes de Mahmoud Bey puis Ahmed Ier Bey ; son père Salah Ben Abdelwaheb, formé à la Zitouna et à l’école religieuse française de la médina, était caïd-gouverneur à Mahdia et accompagnait le général Husseïn comme traducteur. Son grand-père maternel, Ali Ben Mustapha, était d’origine turque. Abdelwahab est l’un des plus éminents historiens tunisiens.

Au cours de son parcours professionnel, Hassan Hosni Abdelwahab a endossé plusieurs responsabilités dans l’administration tunisienne. Il a travaillé comme fonctionnaire à la direction de l’agriculture et du commerce, puis à la tête de la direction des forêts (1910) et de la direction des archives nationales.

Entre 1905 et 1924, il a enseigné l’histoire à la Khaldounia. En 1928, il est nommé gouverneur de Mahdia puis, en 1935, caïd du cap Bon. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, il est nommé en 1943 comme ministre de la Plume chargé des affaires internes et des correspondances officielles de l’Etat sous le règne de Lamine Bey, un poste qu’il abandonne en juillet 1947.

Après l’indépendance, il est nommé en 1957 à la tête du service des antiquités. Il a fondé plusieurs musées dont celui d’Ali Bourguiba à Monastir, d’Assad ibn al-Fourat à Sousse, d’Ibrahim Ibn al-Aghlab à Kairouan et du musée islamique de Dar Hussein à Tunis. Riche de cette expérience professionnelle, Hassan Hosni Abdelwahab a publié une oeuvre riche et détaillé sur l’histoire de la Tunisie en particulier à l’époque musulmane.

Parmi ses œuvres les plus marquantes « koulassat tarikh tounes » (Résumé de l’histoire de Tunisie) publié en 1918, « Chahirat tounoussiyat » (Tunisiennes célèbres) publié en 1934, « Kitab al omr » (Livre de la vie) publié en 1947, « Al Imame El Mezri » publié en 1955, » Warakat » (Feuilles) publié en 1965-1966 et « Moujmal tarikh al adab attounoussi » (Recueil de l’histoire littéraire tunisienne).




Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*