81% des Tunisiens désapprouvent les grèves des enseignants et la rétention des notes

Le cabinet de sondage EMRHOD Consulting a réalisé une nouvelle enquête intitulée «Le Baromètre politique d’Emrhod Consulting/ Mars 2018» exclusivement pour le compte du groupe de presse Dar Assabah.

Cette enquête est le fruit d’un accord de partenariat conclu entre EMRHOD Consulting, qui est un membre des prestigieux réseaux de  cabinets  d’étude de marché ESOMAR et WiN, et notre groupe.

Pour cette nouvelle vague, EMRHOD a interrogé 950  personnes, par téléphone dans les 24 gouvernorats (zones urbaines et rurales).

La marge d’erreur est de +/- 3%

Voici les résultats détaillés de l’enquête  réalisée entre le 22 et le 24 mars auprès d’un échantillon représentatif de la population Tunisienne en âge de voter (18 ans et plus).

 

Evaluation du travail du président de la République:

Question: Comment jugez vous le travail du Président de la République, vous êtes très satisfait, plutôt satisfait, plutôt insatisfait ou pas du tout satisfait ?

Entre le 22 et le 24 mars 33,5% des personnes sondées se sont déclarées satisfaites ou plutôt satisfaites du travail président de la République contre 32,7% en février, 31,5% en janvier, 32% en novembre, 36% en septembre et 39,5% en juillet.

Le Chef de l’Etat gagne ainsi 0,8 point par rapport au mois de février dernier. Selon les observateurs, cette  hausse s’expliquerait par les efforts déployés par le locataire du Palais de Carthage pour corriger les carences du système politique sans toucher à la Constitution. À l’occasion de la célébration de la fête de la République, le 20 mars, il a en effet annoncé la désignation d’un comité d’experts qui  planchera sur le remplacement du scrutin de liste au plus fort reste par un mode uninominal à deux tours. L’objectif est de permettre un report des voix entre le premier et le second tour dans le but de dégager une majorité nette qui éviterait une instabilité politique contrairement au système en cours qui nécessite le recours aux coalitions ou alliances entre partis pour gouverner.

Béji Caïd Essebsi a également brillé par ses talents de pacificateur et d’habile négociateur au vu de son implication la redéfinition des contours de l’accord de Carthage et dans le bras de fer qui oppose le ministère de l’Education au Syndicat général de l’enseignement secondaire.

Evaluation du travail du Chef du gouvernement:

Question: Comment jugez vous le travail du chef du Gouvernement, vous êtes très satisfait, plutôt satisfait, plutôt insatisfait ou pas du tout satisfait ?

48,8% des sondés se déclarent très satisfaits ou satisfaits du travail de Youssef Chahed en mars 2018 contre 48,3% en février, 48,6%  en janvier, 49,4% en novembre 2017, 48,2% en septembre et 54,4%  en juin. Le Chef du gouvernement gagne ainsi 0,3 point comparativement au mois de janvier. Le quadragénaire, qui continue toujours de récolter les dividendes de  la guerre contre la corruption qu’il a lancée fin mai 2017, a tenu un langage sincère lors de son audition par l’ARP vendredi dernier. Sans nommer ses ennemis, il a notamment déclaré que «des parties refusent la tenue des élections municipales qui révéleront le vrai poids des partis politiques  alors que d’autres cherchent à recréer le passé et l’exclusion».

Pour lui, «ces gens, qui parient sur l’échec du Gouvernement d’Union nationale et son départ, sont à l’origine des tensions entre l’UGTT et le gouvernement».

Youssef Chahed, qui subit encore les effets néfastes de la mauvaise conjoncture économique, a d’autre part annoncé un programme de réformes à l’horizon 2020 pour faire redémarrer l’économie nationale et  réparer l’ascenseur social bloqué, comme la remise à flot des caisses sociales, la restructuration des entreprises publiques et la réforme de l’Education.

 Popularité des leaders et des partis politiques:

Question 1: Selon vous, si les élections présidentielles se tiendraient demain, pour qui voteriez vous (en spontané) ?

Le Chef du gouvernement Youssef Youssef Chahed reste en tête des intentions de vote pour la présidentielle, avec 12,2% en ce mois de mars contre 11,4% en févier 2018. M. Chahed continue à surfer sur la vague porteuse de la campagne anti-corruption qui commence à toucher les milieux politiques. Fait remarquable: le jeune Chef du gouvernement reste la personnalité politique la plus populaire bien qu’il ait été lâché par ses principaux alliés !  Après Nidaâ Tounes, son propre parti, qui ne semble pas le porter dans le cœur, Afek Tounes et Machrou Tounes qui critiquent désormais régulièrement son bila, M. Chahed semble avoir perdu le soutien de l’UGTT, la puissante centrale syndicale qui ne cache plus désormais son hostilité à son égard.

En deuxième position, l’actuel président de la République Béji Caïd Essebsi remonte la pente en récoltant 9,2% des intentions de vote en mars contre 7,6% en février dernier. Le Chef de l’Etat se place toujours devant son rival au deuxième tour de la présidentielle de 2014, Moncef Marzouki qui améliore lui aussi son score en récoltant 6% des intentions de vote en ce mois de mars contre 5,4% en février.  

Avec 3,9 % des intentions de vote, Safi Saïd occupe la quatrième place, devant Mehdi Jomâa (3%), Hamma Hammami (2,4%), Néji Jalloul (1,5%), Samia Abbou (1,5%), Mohamed Abbou (1,5%), Rached Ghannouchi (1,2%), Mohsen Marzouk (1%) et Slim Riahi (1%)

Question 2: Pour quel parti politique voteriez-vous si des élections se tiendraient demain ?

Non réalisé en raison de l’entré e du pays en période électorale, les élections municipales étant prévues pour le 6 mai prochain. Durant la période de pré-campagne électorale qui s’étend du 13 février au 13 avril, il est en effet interdit de distribuer des documents, de diffuser des slogans ou des discours liés à la propagande électorale, et ce quelle que soit sa forme ou sa nature.

Indice de la menace terroriste:

Question : A votre avis, la menace de terrorisme en Tunisie est très élevée, élevée, faible ou très faible ?

Le pourcentage cumulé des personnes qui trouvent la menace terroriste très élevée ou élevée s’est établi à 19,2% en ce mois de mars contre 17,9 en février, 22,6% en janvier, 29,2%  en novembre 2017 et 21% en septembre. La légère remontée de l’indice de la menace terroriste s’explique par les récents accrochages entre deux éléments terroristes et des agents de sécurité à ben Guerdane. L’un de ces terroristes s’est fait exploser tandis que l’autre a été abattu.

Indice de l’espoir économique:

Question : Vous pensez que la situation économique du pays est en train de s’améliorer ou de se dégrader ?

En ce mois de mars 2018, 34% des personnes sondées estiment que la que la situation économique du pays est en train de s’améliorer contre 27,6%  en février, 22,2%  en janvier, 24,4% novembre  et en septembre et 26,5% en juillet.

54,9% des personnes interrogées pensent que la situation économique du pays est en train de se dégrader en ce mois mars contre 64% en février, 66,3% en janvier dernier, 65,7% en novembre,  64% en septembre et 63% en juillet. Cela s’explique essentiellement par les signes de reprise économiques enregistrés dans certains secteurs d’activité économique, dont le tourisme.

Indice de la liberté d’expression:

Question: L’un des grands acquis de la révolution est la liberté d’expression. Pensez-vous, que cette liberté d’expression est aujourd’hui fortement menacée, relativement menacée ou n’est pas menacée ?

46,7% des sondés trouvent que la liberté d’expression est menacée en ce mois de mars 2018 contre 39%  en février dernier, 37,1%  en janvier dernier, 47,8%  en novembre dernier, 38,8% en septembre, 33,8% en juillet et 37,7% en mai.  Cette montée des menaces qui pèsent sur la liberté d’expression s’expliquerait par les informations faisant état d’un projet de loi liberticide sur la criminalisation de la cyber-diffamation. Ce projet de loi élaboré par un groupe de députés de Nidaa Tounes est venu refléter une «mentalité répressive et restrictive nostalgique à l’époque de la dictature», selon le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT).

Des cadres et des agents du ministère de l’Intérieur ont adressé récemment des menaces et commis des actes d’intimidation contre les journalistes, ce qui a poussé le SNJT à décréter une journée de colère dans le secteur en février dernier.

Optimisme & pessimisme des Tunisiens:

Question: Etes vous plutôt optimiste ou pessimiste pour les prochains jours?

67,4% des personnes interrogées se déclarent optimistes pour les prochains jours en ce mois de mars 2018 contre 57% en février 53,2%  en janvier, 56,8% en novembre, 56,4% en septembre et 79,4% en juillet. La hausse du  taux d’optimisme s’expliquerait principalement par la stabilisation des prix des produits de consommation courante après une flambée au cours des derniers mois et les signes de reprise économique.

25,3% des sondés se disent pessimistes pour les prochains jours entre le 22 et le 24 mars 2018 contre 36,4% en février, 39,8% en janvier, 39,3% en novembre 29,9% en septembre, 15,8%  en juillet et 29,7% en mai.

A propos de la grève des enseignants et la rétention des notes:

Question: Est-ce que vous soutenez la grève des enseignants et la rétention des notes?

81% des personnes interrogées désapprouvent les grèves des enseignants du secondaire et la rétention des notes décidée par le syndicat. 8% seulement approuvent ce mouvement de protestation, qui risque d’aboutir à une année blanche, et 11% ne se prononcent pas à ce sujet.

Compte rendu de Walid KHEFIFI




Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*