Tariq Ramadan dans de beaux draps : Un autre alibi s’effondre

Lire sur Kapitalis

Ce week-end, un nouveau témoignage est venu fragiliser la défense de l’islamologue controversé Tariq Ramadan mis en examen et détenu pour plusieurs viols.

«Christelle» (pseudonyme donné à une des plaignantes pour les besoins de l’enquête) a raconté à la police avoir subi des rapports sexuels sous la contrainte l’après-midi du 9 octobre 2009, dans un hôtel de Lyon. Bien évidemment, le théologien islamiste s’en est défendu, en expliquant que ce jour-là il n’avait atterri dans cette ville que dans la soirée.

Mais cette fois-ci, dans des documents, que certains médias français ont pu consulter, c’est un proche de Tariq Ramadan qui a reconnu qu’il a bel et bien été cherché le présumé coupable, le 9 octobre 2009, à l’aéroport de Lyon en fin de matinée.

Ce nouveau témoin, Yassine Djemmal, qui dirige l’Union des jeunes musulmans à Lyon, revendique un courant de pensée proche des idéologies de Tariq Ramadan.

Avant la conférence du 9 octobre 2009, à laquelle a participé l’islamologue accusé, Djemmal avait rencontré une vingtaine de fois «cet intellectuel brillant qui sort des sentiers battus», dit-il, précisant également qu’il n’entretenait aucune relation particulière avec lui. «Je ne connais que le personnage public», confie-t-il.

Le 9 octobre 2009, donc, Djemmal raconte qu’il est allé lui-même chercher Tariq Ramadan à l’aéroport de Lyon à 11:15 – au départ, l’islamologue devait effectivement atterrir le soir, mais il a changé d’avis, comme le confirme un mail de la secrétaire du violeur présumé que Djemmal a fourni aux enquêteurs…

Selon ces nouvelles révélations, Djemmal a récupéré le conférencier islamiste à l’intérieur de l’aéroport vers 11:35 et il le dépose, 40 minutes plus tard, à l’Hôtel Hilton, après l’avoir raccompagné jusqu’à l’entrée de l’établissement. Puis, Djemmal repart seul et ne retrouvera Tariq Ramadan que dans la soirée, sur le lieu de la conférence. Le témoin précise que, ce soir-là, l’islamologue est arrivé à l’heure et qu’il n’avait rien noté de particulier dans l’attitude de Ramadan…

Marwan Chahla

Articles liés:

Une Américaine accuse Tariq Ramadan d’agression sexuelle

Une troisième femme porte plainte pour viol contre Tariq Ramadan

France : L’islamologue Tariq Ramadan aurait un alibi

Accusé de viol : Tariq Ramadan pourrait être trahi par une cicatrice

L’article Tariq Ramadan dans de beaux draps : Un autre alibi s’effondre est apparu en premier sur Kapitalis.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Tariq Ramadan dans de beaux draps : Un autre alibi s’effondre

Lire sur Kapitalis

Ce week-end, un nouveau témoignage est venu fragiliser la défense de l’islamologue controversé Tariq Ramadan mis en examen et détenu pour plusieurs viols.

«Christelle» (pseudonyme donné à une des plaignantes pour les besoins de l’enquête) a raconté à la police avoir subi des rapports sexuels sous la contrainte l’après-midi du 9 octobre 2009, dans un hôtel de Lyon. Bien évidemment, le théologien islamiste s’en est défendu, en expliquant que ce jour-là il n’avait atterri dans cette ville que dans la soirée.

Mais cette fois-ci, dans des documents, que certains médias français ont pu consulter, c’est un proche de Tariq Ramadan qui a reconnu qu’il a bel et bien été cherché le présumé coupable, le 9 octobre 2009, à l’aéroport de Lyon en fin de matinée.

Ce nouveau témoin, Yassine Djemmal, qui dirige l’Union des jeunes musulmans à Lyon, revendique un courant de pensée proche des idéologies de Tariq Ramadan.

Avant la conférence du 9 octobre 2009, à laquelle a participé l’islamologue accusé, Djemmal avait rencontré une vingtaine de fois «cet intellectuel brillant qui sort des sentiers battus», dit-il, précisant également qu’il n’entretenait aucune relation particulière avec lui. «Je ne connais que le personnage public», confie-t-il.

Le 9 octobre 2009, donc, Djemmal raconte qu’il est allé lui-même chercher Tariq Ramadan à l’aéroport de Lyon à 11:15 – au départ, l’islamologue devait effectivement atterrir le soir, mais il a changé d’avis, comme le confirme un mail de la secrétaire du violeur présumé que Djemmal a fourni aux enquêteurs…

Selon ces nouvelles révélations, Djemmal a récupéré le conférencier islamiste à l’intérieur de l’aéroport vers 11:35 et il le dépose, 40 minutes plus tard, à l’Hôtel Hilton, après l’avoir raccompagné jusqu’à l’entrée de l’établissement. Puis, Djemmal repart seul et ne retrouvera Tariq Ramadan que dans la soirée, sur le lieu de la conférence. Le témoin précise que, ce soir-là, l’islamologue est arrivé à l’heure et qu’il n’avait rien noté de particulier dans l’attitude de Ramadan…

Marwan Chahla

Articles liés:

Une Américaine accuse Tariq Ramadan d’agression sexuelle

Une troisième femme porte plainte pour viol contre Tariq Ramadan

France : L’islamologue Tariq Ramadan aurait un alibi

Accusé de viol : Tariq Ramadan pourrait être trahi par une cicatrice

L’article Tariq Ramadan dans de beaux draps : Un autre alibi s’effondre est apparu en premier sur Kapitalis.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*