Quand le pays a mal à la tête, le Front chauffe

Lire sur Business News

Le parti de gauche, le Front populaire, est désigné par le gouvernement comme le premier bénéficiaire des manifestations et des actes de violence perpétrés durant les trois derniers jours. Toutefois, ce n'est pas le premier gouvernement à accuser le Front de la sorte. Le parti de gauche, quant à lui, tente de se démarquer de ces accusations tout en essayant de rester fidèle à ses principes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *