Raouf Ben Amor: La production ramadanesque est victime du manque d’organisation

Raouf Ben Amor, invité de Hédi dans « Romdhane Show » du 9 juillet 2015, a expliqué que l’exposition de problèmes sociaux dans les feuilletons ramadanesques tire la sonnette d’alarme pour avertir les parents que de nouveaux dangers guettent leurs fils.

«Naouret El Houa, a commencé par un rythme rapide, mais au milieu du parcours il y a eu un relâchement. A partir du 17e épisode, il y a eu une reprise du rythme. Ceci a fait fuir un peu le public. L’axe de la politique est boudé par le tunisien, mais le changement des événements a attaché de nouveau le public», a indiqué Raouf Ben Amor.

« Je donnerai 10/10 à la production ramadanesque, mais le problème réside encore dans la prise de décision et dans l’organisation de la production. Les tournages des feuilletons commencent à la dernière minute. Il y a malheureusement un manque d’organisation et une prise de décision toujours tardive. Ce genre de problèmes accompagne la production ramadanesque chaque année ».

Raouf Ben Amor, a estimé que le fait qu’un acteur soit présent dans plusieurs feuilletons pose problème. « Les téléspectateurs ont du mal à saisir les personnages interprétaient par un même acteur ».

En parlant du feuilleton Awled Moufida, Raouf Ben Amor a estimé qu’il s’agit d’un bon produit, mais qui souffre de problèmes au niveau du scénario. Par contre Lilet Echak, est un travail réussi.

« Pour Nsibti Laâziza, le problème réside dans la formule qui ne coule plus de source. En plus, Sofiene Châari était l’épine dorsale de la série qui n’a pas de remplaçant. Le texte de la série Bolice manquait un peu de rigueur, mais c’est un travail appréciable en général », a fait savoir Raouf Ben Amor.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *