Jamila Chihi: ‘Nsibti Laâziza’ est une mauvaise copie de ‘Choufli Hal’

Jamila Chihi, invitée de Hédi dans « Romdhane Show » du 9 juillet 2015, a indiqué que les producteurs ont le droit d’exposer l’image de la femme et les problèmes sociaux en général comme ils le souhaitent.«L’approche artistique est indiscutable», a-t-elle ajouté.

Jamila Chihi, a expliqué en parlant de la production ramadanesque de cette année, que le tunisien est voyeuriste. «Les problèmes sociaux et les scandales familiaux l’attirent plus que tout».

En parlant de son rôle dans Naouret El Houa, Jamila Chihi a déclaré «En lisant le scénario, j’ai accepté le rôle car il demandait une grande force et une présence spécifique que j’apprécie. Par contre les scénaristes ont choisi d’écarter le côté humain de la relation du personnage avec son mari», a ajouté Jamila Chihi.

Dans un autre contexte, Jamila Chihi, a expliqué que les producteurs ont un souci financier plus qu’artistique. «Parfois des producteurs demandent aux acteurs de venir tourner à la dernière minute. Ceci est inacceptable», a-t-elle estimé.

Pour les autres feuilletons diffusé durant ce mois de Ramadan, Jamila Chihi a souhaité que le tournage du feuilleton Errisk aurait du ce faire après Ramadan. «Le feuilleton n’a pas eu la chance qu’il mérite», a-t-elle expliqué.

Pour le feuilleton Awled Moufida, l’histoire a attiré le public qui aime regarder les problèmes familiaux et sociaux. Pour Nsibti Laâziza, Jamila Chihi a assuré que c’est une mauvaise copie de Choufli Hal. Ce genre de travail ne m’attire pas, a-t-elle ajouté.

Pour la série Bolice, il s’agit d’une très belle idée, mais il y a quelques problèmes au niveau du texte. «Je donne 7/10 à la production ramadenesque pour cette année à l’exception de Hkayat Tounsiya qui mérite 0 côté artistique», a indiqué Jamila Chihi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *