Plainte de Marzouki: Sofiene Ben Hmida: il s’agit d’une affaire politisée

Interdit de voyage à l’issue d’une décision judiciaire relative à une plainte déposée par Moncef Marzouki, Sofiene Ben Hmida a déclaré dans, Midi Show de ce mardi 7 juillet que l’affaire concerne une vidéo diffusée sur Al Hiwar Ettounsi portant sur des déclarations truquées de l’ancien président et que suite à ça, des excuses ont été présentées à ce dernier par Hamza Belloumi présentateur Tv, Noureddine Ben Ticha et lui.

Il est à noter que Sofiene Ben Hmida, Insaf Boughdiri, Noureddine Ben Ticha et Hamza Belloumi sont interdits de voyage à l’issue d’une décision du juge d’instruction en raison de la plainte déposée par Marzouki.

Sofiene Ben Hmida a estimé qu’il s’agit d’une affaire politisée, d’autant plus que la HAICA avait décidé des sanctions à l’encontre de l’émission concernée.

Le journaliste s’est également interrogé sur la désignation du tribunal de Manouba pour prendre en charge l’affaire, alors que le plaignant ne relève pas de ce gouvernorat et que les concernés n’y sont pas rattachés.

D’autre part, Sofiene Ben Hmida a souligné que lors de la diffusion de la vidéo, Samia Abbou et Riadh Mouakher étaient présents au plateau et qu’ils sont intervenus concernant cette affaire. Il a indiqué, que les personnes à accuser ont été choisies alors qu’il existe d’autres intervenants.

« Insaf Boughridi a été convoqué en tant que témoin et a été surprise par son accusation, sans qu’elle ne soit auditionnée » a annoncé Ben Hmida qui a précisé que la décision d’interdiction de voyage a été prise un vendredi et annoncée à travers une agence de presse.

« L’intention de politiser et de porter atteinte à nos personnes est bien visible » a-t-il ajouté.

Intervenu également dans Midi Show, Noureddine Ben Ticha, dirigeant de Nidaa Tounes a déclaré, à ce sujet, que le juge d’instruction a convoqué l’animateur Hatem Ben Amara travaillant à la radio Nationale, pointant du doigt le caractère politique que prend cette affaire.

« Nous ne voulons pas mettre en doute l’indépendance de la justice mais nous demandons la restitution de son prestige » a estimé Ben Ticha.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *