Aucune image

De nouvelles surprises attendent le public du feuilleton ‘Naouret El Houa’ (vidéo)

Ali Bennour, Najla Ben Abdallah, Aïcha Attia et Mohamed Mrad, protagonistes de la deuxième saison du feuilleton Naouret El Houa diffusé sur Al Wataniya 1, étaient les invités de Hédi dans « Romdhane Show » du 30 juin 2015.

« A partir de cette année, le changement est palpable au niveau de la production ramadanesque. Nous avons dépassé le stade du monopôle de la télévision tunisienne et de la production d’un seul feuilleton », a expliqué Ali Bennour.

« La brèche a été ouverte par Sami Fehri avec Maktoub. Les sujets évoqués dans les feuilletons ont connu depuis un grand changement suite à l’ouverture permise dans Maktoub », a ajouté Ali Bennour.

Aïcha Attia, a expliqué que le rythme du feuilleton Naouret El Houa commence à accélérer. Le public n’a pas apprécié un début lent surtout avec une concurrence rude des autres chaines. Avec 30 épisodes, le scénariste n’avait pas d’autres alternatives, a-t-elle expliqué.

Najla Ben Abdallah, a expliqué de son côté, qu’à partir de l’épisode d’hier, le rythme a connu une accélération. Les acteurs ont trouvé leurs positions, a-t-elle ajouté.

Mohamed Mrad, a fait savoir, que tout est relatif. Par exemple, ce que Naouret El Houa présente dans deux épisodes, est présenté dans un seul épisode de Awled Moufida.

Ali Bennour, a indiqué que la reprise de l’axe de la politique a causé la perte du public.

Dans un autre contexte, Mohamed Mrad et Aïcha Attia, ont assuré que le fait de présenter une histoire d’amour froide est voulue par le réalisateur. Mais par la suite, il y aura un changement avec l’évolution des événements, a assuré Mohamed Mrad.

Najla Ben Abdallah a reconnu de son côté que son rôle a mis trop en exergue les relations entre médias et politique. Ceci n’intéresse pas le public tunisien. Le rôle et ses relations manque un peu de chaleur humaine, a ajouté Najla Ben Abdallah.

Ali Bennour, a interprété un rôle qui casse avec les personnages qu’il avait l’habitude d’interpréter. Le personnage d’un chef de clan fait partie d’un axe parmi plusieurs axes du feuilleton, a assuré Ali Bennour.

Aucune image

De nouvelles surprises attendent le public du feuilletons ‘Naouret El Houa’ (vidéo)

Ali Bennour, Najla Ben Abdallah, Aïcha Attia et Mohamed Mrad, protagonistes de la deuxième saison du feuilleton Naouret El Houa diffusé sur Al Wataniya 1, étaient les invités de Hédi dans « Romdhane Show » du 30 juin 2015.

« A partir de cette année, le changement est palpable au niveau de la production ramadanesque. Nous avons dépassé le stade du monopôle de la télévision tunisienne et de la production d’un seul feuilleton », a expliqué Ali Bennour.

« La brèche a été ouverte par Sami Fehri avec Maktoub. Les sujets évoqués dans les feuilletons ont connu depuis un grand changement suite à l’ouverture permise dans Maktoub », a ajouté Ali Bennour.

Aïcha Attia, a expliqué que le rythme du feuilleton Naouret El Houa commence à accélérer. Le public n’a pas apprécié un début lent surtout avec une concurrence rude des autres chaines. Avec 30 épisodes, le scénariste n’avait pas d’autres alternatives, a-t-elle expliqué.

Najla Ben Abdallah, a expliqué de son côté, qu’à partir de l’épisode d’hier, le rythme a connu une accélération. Les acteurs ont trouvé leurs positions, a-t-elle ajouté.

Mohamed Mrad, a fait savoir, que tout est relatif. Par exemple, ce que Naouret El Houa présente dans deux épisodes, est présenté dans un seul épisode de Awled Moufida.

Ali Bennour, a indiqué que la reprise de l’axe de la politique a causé la perte du public.

Dans un autre contexte, Mohamed Mrad et Aïcha Attia, ont assuré que le fait de présenter une histoire d’amour froide est voulue par le réalisateur. Mais par la suite, il y aura un changement avec l’évolution des événements, a assuré Mohamed Mrad.

Najla Ben Abdallah a reconnu de son côté que son rôle a mis trop en exergue les relations entre médias et politique. Ceci n’intéresse pas le public tunisien. Le rôle et ses relations manque un peu de chaleur humaine, a ajouté Najla Ben Abdallah.

Ali Bennour, a interprété un rôle qui casse avec les personnages qu’il avait l’habitude d’interpréter. Le personnage d’un chef de clan fait partie d’un axe parmi plusieurs axes du feuilleton, a assuré Ali Bennour.

Aucune image

De nouvelles surprises attendent le public du feuilletons ‘Naouret El Houa’

Ali Bennour, Najla Ben Abdallah, Aïcha Attia et Mohamed Mrad, protagonistes de la deuxième saison du feuilleton Naouret El Houa diffusé sur Al Wataniya 1, étaient les invités de Hédi dans « Romdhane Show » du 30 juin 2015.

« A partir de cette année, le changement est palpable au niveau de la production ramadanesque. Nous avons dépassé le stade du monopôle de la télévision tunisienne et de la production d’un seul feuilleton », a expliqué Ali Bennour.

« La brèche a été ouverte par Sami Fehri avec Maktoub. Les sujets évoqués dans les feuilletons ont connu depuis un grand changement suite à l’ouverture permise dans Maktoub », a ajouté Ali Bennour.

Aïcha Attia, a expliqué que le rythme du feuilleton Naouret El Houa commence à accélérer. Le public n’a pas apprécié un début lent surtout avec une concurrence rude des autres chaines. Avec 30 épisodes, le scénariste n’avait pas d’autres alternatives, a-t-elle expliqué.

Najla Ben Abdallah, a expliqué de son côté, qu’à partir de l’épisode d’hier, le rythme a connu une accélération. Les acteurs ont trouvé leurs positions, a-t-elle ajouté.

Mohamed Mrad, a fait savoir, que tout est relatif. Par exemple, ce que Naouret El Houa présente dans deux épisodes, est présenté dans un seul épisode de Awled Moufida.

Ali Bennour, a indiqué que la reprise de l’axe de la politique a causé la perte du public.

Dans un autre contexte, Mohamed Mrad et Aïcha Attia, ont assuré que le fait de présenter une histoire d’amour froide est voulue par le réalisateur. Mais par la suite, il y aura un changement avec l’évolution des événements, a assuré Mohamed Mrad.

Najla Ben Abdallah a reconnu de son côté que son rôle a mis trop en exergue les relations entre médias et politique. Ceci n’intéresse pas le public tunisien. Le rôle et ses relations manque un peu de chaleur humaine, a ajouté Najla Ben Abdallah.

Ali Bennour, a interprété un rôle qui casse avec les personnages qu’il avait l’habitude d’interpréter. Le personnage d’un chef de clan fait partie d’un axe parmi plusieurs axes du feuilleton, a assuré Ali Bennour.

Aucune image

Nabiha Karaouli au festival de la Médina malgré un problème de programmation (vidéo)

La star tunisienne Nabiha Karaouli, invitée de Hédi dans « Romdhane Show » du 30 juin 2015, a assuré qu’elle est affectée par ce qui se passe dans le pays.

« S’ajoute à cette crise, un situation inconfortable des artistes. Le jour où les artistes seront considérés comme l’épine dorsale de la société, tout changera certainement dans ce pays », a assuré Nabiha Karaouli.

« La nature horreur du vide, la place de la culture est remplie par d’autres choses… Il y a même une hystérie générale et une perte des valeurs et de la culture même dans la rue et la vie de tous les jours, a estimé Nabiha Karaouli.

Nabiha Karaouli a assuré qu’elle sera le 3 juillet à l’acropolium de Carthage. Elle chantera des chansons mais en intégrant plus d’instruments avec la troupe. Le 10 juillet Nabiha sera au festival Tarnimet à la Médina de Tunis au siège de La Rachidia.

Nabiha Karaouli devait être ce soir sur scène, mais il y a eu un changement de la date par les organisateurs du festival de la Médina. « C’est l’erreur du directeur du festival qui assume ce changement, a-t-elle ajouté.

« Je regrette de ne pas me produire au festival de la Médina et à Dar Lasrem, un lieu dans lequel j’ai beaucoup de souvenirs. Après un marathon de négociations, un accord a été trouvé pour un nouveau rendez-vous, le 6 juillet 2015, au même lieu », a fait savoir Nabiha Karaouli.

« Les artistes ne doivent pas se limiter uniquement au festival de Carthage. En 2014, j’ai fait une tournée dans toute la Tunisie. Concernant la programmation de cette année, je trouve qu’elle est variée », a expliqué Nabiha Karaouli.

Aucune image

Nabiha Karaouli au festival de la Médina malgré un problème de programmation

La star tunisienne Nabiha Karaouli, invitée de Hédi dans « Romdhane Show » du 30 juin 2015, a assuré qu’elle est affectée par ce qui se passe dans le pays.

« S’ajoute à cette crise, un situation inconfortable des artistes. Le jour où les artistes seront considérés comme l’épine dorsale de la société, tout changera certainement dans ce pays », a assuré Nabiha Karaouli.

« La nature horreur du vide, la place de la culture est remplie par d’autres choses… Il y a même une hystérie générale et une perte des valeurs et de la culture même dans la rue et la vie de tous les jours, a estimé Nabiha Karaouli.

Nabiha Karaouli a assuré qu’elle sera le 3 juillet à l’acropolium de Carthage. Elle chantera des chansons mais en intégrant plus d’instruments avec la troupe. Le 10 juillet Nabiha sera au festival Tarnimet à la Médina de Tunis au siège de La Rachidia.

Nabiha Karaouli devait être ce soir sur scène, mais il y a eu un changement de la date par les organisateurs du festival de la Médina. « C’est l’erreur du directeur du festival qui assume ce changement, a-t-elle ajouté.

« Je regrette de ne pas me produire au festival de la Médina et à Dar Lasrem, un lieu dans lequel j’ai beaucoup de souvenirs. Après un marathon de négociations, un accord a été trouvé pour un nouveau rendez-vous, le 6 juillet 2015, au même lieu », a fait savoir Nabiha Karaouli.

« Les artistes ne doivent pas se limiter uniquement au festival de Carthage. En 2014, j’ai fait une tournée dans toute la Tunisie. Concernant la programmation de cette année, je trouve qu’elle est variée », a expliqué Nabiha Karaouli.

Aucune image

Récap du mardi 30 juin 2015

La journée était riche en rebondissements ? Vous ne savez plus où donner de la tête ? Vous voulez rester informé ? Mosaique FM.net vous propose tous les jours un récap de la journée, toutes les informations importantes à un seul endroit pour vous simplifier la vie.

Aucune image

Taux d’audience: Wled Moufida conserve la première place

Selon le site Audimat.tn, le feuilleton Awled Moufida diffusé quotidiennement sur les chaines Al Hiwar Attounisi et First TV, conserve toujours sa première place en termes de taux d’audience avec 64.7%.

En 2e position on trouve ce mardi 30 juin 2015, l’émission Dlilek Mlak diffusé sur les mêmes chaines qui a récolté 48% de taux audience, suivie par le feuilleton Nsibti Laâziza sur Nessma TV (27,4%).

Le bureau d’études et statistiques Sigma Conseil vient de révéler de côté le classement des chaines et des programmes les plus suivis par les tunisiens.

Pour hier, 29 juin 2015, Al Hiwar Attounsi est en première position avec 58,9% suivie par Nessma avec 40,5%, Attassia avec 16,4%. Al Wataniya 1 a été suivie par 15,4% des tunisiens, Hannibal TV par 6,5%. Seulement 1,3% ont suivi Al Wataniya 2 toujours selon Sigma Conseil.

Pour les programmes, Awled Moufida est premier avec 35,7%, Nisibti Laâziza, 28,3%, Dlilek Mlak 25,7%, Ghanni Lel Jamiya 19,6%, Ettayara 12,5% et le feuilleton Naouret El Houa 7,1%.

Le journal télé d’Al Wataniya 1 est suivi par 8,3% des tunisiens et la rediffusion du feuilleton Lilet Echak est suivie par 5,8%.

La caméra cachée Brika w Do7ka a été suivi par 4,6% des tunisiens et la série Bolice sur Attassia par 4,4%.

Aucune image

Emmanuel Clottey doit 180 mille dollars à l’EST

La Fédération Internationale de Football (FIFA) a tranché en faveur de l’Espérance Sportive de Tunis qui a saisi l’instance internationale après que l’attaquant ghanéen Emmanuel Clottey a rejoint l’équipe d’Asante Kotoko sans l’aval de l’équipe de Bab Souika. La FIFA a sommé Clottey de payer 180 mille dollars à l’EST.

Aucune image

O.Battikh appelle les prédicateurs à aider le gouvernement à fermer les mosquées hors la loi

Le ministre des affaires religieuses, Othmane Battikh a appelé les prédicateurs lors d’une réunion tenue ce mardi 30 juin au siège du ministère à la nécessité de contribuer à l’application de la décision du gouvernement de fermer les mosquées hors la loi, dont celles qui diffusent un discours takfiriste qui va à l’encontre des principes de l’Islam et les valeurs humaines universelles.