«Il faut encore beaucoup travailler pour la démocratie en Tunisie» – Tribune de Genève


Tribune de Genève
«Il faut encore beaucoup travailler pour la démocratie en Tunisie»
Tribune de Genève
L'alternance est le meilleur signe que le jeu démocratique fonctionne en Tunisie, et on peut être vraiment fier de cela, de ce qu'on a construit ces trois dernières années. Mais depuis le changement de gouvernement, des journalistes ont été jetés en
"La Tunisie est maintenant un pays démocratique comme les autres"RTS.ch
Tunisie – Politique: Interrogation sur la réapparition inopinée de webmanagercenter

5 autres articles »

0 comments for “«Il faut encore beaucoup travailler pour la démocratie en Tunisie» – Tribune de Genève

  1. RFR
    8 janvier 2012 at 14 h 17 min

    Magouilles aux projets du Réseau Ferroviaire Rapide (RFR)

    Des passages de quelques articles parus dans les journaux et à internet, concernant le projet RFR :
    « L’ancien ministre du Transport Abderrahim Zouari avait signé à Paris les premiers contrats relatifs à l’acquisition de 20 rames pour le fameux Réseau Ferroviaire Rapide (RFR), avec l’entreprise chinoise China South Railways (CSR) et annoncé par la même occasion le démarrage imminent des travaux, qui signifie normalement le commencement des travaux de génie civil. Non seulement le démarrage des travaux, annoncé depuis le mois d’août 2010, n’a pas eu lieu jusqu’à décembre 2011, mais ce que le ministre a omis d’annoncer est le montant de l’enveloppe qu’il s’est partagé avec son associé Belgacem Khachnaoui (beau frère de Benali). A. Zouari a exigé 2 millions de dollar à lui seul (de la commission globale fixée à 5 millions de dollar) et a eu gain de cause. »
    « PS : on ignore encore la somme touchée par le tandem Zouari-Khachnaoui à la suite de la signature des contrats avec les bureaux d’études tuniso-français Systra-studi pour la mission de maîtrise d’œuvre du Réseau Ferroviaire Rapide (RFR). »
    « Imed Trabelsi, le neveu de l’épouse de l’ex-chef d’Etat, est poursuivi, dans 8 affaires, dont celle d’un marché litigieux qui lui aurait été attribué dans le cadre du projet de Réseau ferroviaire rapide (Rfr) de Tunis.
    « L’ancien maire de la Goulette, en détention depuis le 14 janvier 2011, est aussi impliqué dans une affaire de complicité avec l’ancien ministre du Transport, Abderrahim Zouari, lui aussi en détention, dans des magouilles pour l’obtention de marchés publics… De quoi s’agit-il?
    Selon l’ancien ministre de l’Equipement et du Transport, deux marchés litigieux portent sur la réalisation des travaux de géni civil dans le cadre du Réseau ferroviaire rapide (RFR) de Tunis :
    – Le premier marché porte sur la réalisation d’un tunnel (Saida manoubia), ce marché est une grande histoire de magouille, après appel d’offre, l’entreprise de Imed Trabelsi (sans références) avec des italiens de Sicile, a eu le marché, grâce aux conseils de la maitrise d’œuvre et un rabais exceptionnel de 16% (figure dans le contrat) pour être moins disant?, et le marché a été signé par Imed trabelsi le 1er novembre 2010, jusqu’à ce jour (janvier 2012) le projet n’a pas démarré ? pourquoi ?

    – Le second concerne les travaux de géni civil de la ligne D, place Barcelone/Gobbaa . Ce marché a été évalué à 90 millions de dinars (45 millions d’euros). L’offre retenue portait sur 50 à 55 millions de dinars (24 à 26 millions d’euros). Le soumissionnaire n’était autre qu’Imed Trabelsi, associé à un opérateur Italien,(le même que pour le tunnel) . Un mois après la soumission, il a été demandé à l’intéressé de prolonger sa caution et s’il conservait son offre. Il a répondu que le montant était devenu 76 millions de dinars (38 millions d’euros). Là, le syndicat des bailleurs de fonds étrangers a tiqué, car ce n’était pas sérieux. Des négociations ont commencé entre le PDG de RFR et les hommes d’Imed Trabelsi, les deux parties conseillées par le Directeur du projet de la Maitrise d’œuvre, SYSTRA, un certain F.Valente (un Français d’origine italienne?) sont tombées d’accord pour octroyer le marché à Imed Trabelsi et ses amis italiens pour un montant de 72 millions de dinars. Le contrat devait être signé en Janvier 2011. Heureusement qu’il y a eu la révolte. Et les responsables débarqués au ministère après le 14 janvier 2011 ont prouvé que la commission technique qui a émis un avis favorable, n’a pas fait correctement son travail. Elle a d’ailleurs été suspendue
    Début 2011 un nouvel appel d’offre a été lancé et après dépouillement des offres techniques un groupe d’entreprises a été retenu, parmi elles, bien sûr, nos amis italiens, malgré un dossier incomplet, c’est normal, puisque l’assistant au dépouillement pour RFR était le même représentant de SYSTRA.
    Actuellement,(janvier 2012) on attend, depuis plusieurs semaines, l’accord des bailleurs de fonds sur le résultat du dépouillement technique, pour demander aux entreprises les offres financières. Après dépouillement, nos amis italiens sont les mieux placés pour être moins disant et auront bien sûr le marché (tout le monde en parle), pourquoi ? Magouilles aux projets du Réseau Ferroviaire Rapide (RFR)

    Des passages de quelques articles parus dans les journaux et à internet, concernant le projet RFR :
    « L’ancien ministre du Transport Abderrahim Zouari avait signé à Paris les premiers contrats relatifs à l’acquisition de 20 rames pour le fameux Réseau Ferroviaire Rapide (RFR), avec l’entreprise chinoise China South Railways (CSR) et annoncé par la même occasion le démarrage imminent des travaux, qui signifie normalement le commencement des travaux de génie civil. Non seulement le démarrage des travaux, annoncé depuis le mois d’août 2010, n’a pas eu lieu jusqu’à décembre 2011, mais ce que le ministre a omis d’annoncer est le montant de l’enveloppe qu’il s’est partagé avec son associé Belgacem Khachnaoui (beau frère de Benali). A. Zouari a exigé 2 millions de dollar à lui seul (de la commission globale fixée à 5 millions de dollar) et a eu gain de cause. »
    « PS : on ignore encore la somme touchée par le tandem Zouari-Khachnaoui à la suite de la signature des contrats avec les bureaux d’études tuniso-français Systra-studi pour la mission de maîtrise d’œuvre du Réseau Ferroviaire Rapide (RFR). »
    « Imed Trabelsi, le neveu de l’épouse de l’ex-chef d’Etat, est poursuivi, dans 8 affaires, dont celle d’un marché litigieux qui lui aurait été attribué dans le cadre du projet de Réseau ferroviaire rapide (Rfr) de Tunis.
    « L’ancien maire de la Goulette, en détention depuis le 14 janvier 2011, est aussi impliqué dans une affaire de complicité avec l’ancien ministre du Transport, Abderrahim Zouari, lui aussi en détention, dans des magouilles pour l’obtention de marchés publics… De quoi s’agit-il?
    Selon l’ancien ministre de l’Equipement et du Transport, deux marchés litigieux portent sur la réalisation des travaux de géni civil dans le cadre du Réseau ferroviaire rapide (RFR) de Tunis :
    – Le premier marché porte sur la réalisation d’un tunnel (Saida manoubia), ce marché est une grande histoire de magouille, après appel d’offre, l’entreprise de Imed Trabelsi (sans références) avec des italiens de Sicile, a eu le marché, grâce aux conseils de la maitrise d’œuvre et un rabais exceptionnel de 16% (figure dans le contrat) pour être moins disant?, et le marché a été signé par Imed trabelsi le 1er novembre 2010, jusqu’à ce jour (janvier 2012) le projet n’a pas démarré ? pourquoi ?

    – Le second concerne les travaux de géni civil de la ligne D, place Barcelone/Gobbaa . Ce marché a été évalué à 90 millions de dinars (45 millions d’euros). L’offre retenue portait sur 50 à 55 millions de dinars (24 à 26 millions d’euros). Le soumissionnaire n’était autre qu’Imed Trabelsi, associé à un opérateur Italien,(le même que pour le tunnel) . Un mois après la soumission, il a été demandé à l’intéressé de prolonger sa caution et s’il conservait son offre. Il a répondu que le montant était devenu 76 millions de dinars (38 millions d’euros). Là, le syndicat des bailleurs de fonds étrangers a tiqué, car ce n’était pas sérieux. Des négociations ont commencé entre le PDG de RFR et les hommes d’Imed Trabelsi, les deux parties conseillées par le Directeur du projet de la Maitrise d’œuvre, SYSTRA, un certain F.Valente (un Français d’origine italienne?) sont tombées d’accord pour octroyer le marché à Imed Trabelsi et ses amis italiens pour un montant de 72 millions de dinars. Le contrat devait être signé en Janvier 2011. Heureusement qu’il y a eu la révolte. Et les responsables débarqués au ministère après le 14 janvier 2011 ont prouvé que la commission technique qui a émis un avis favorable, n’a pas fait correctement son travail. Elle a d’ailleurs été suspendue
    Début 2011 un nouvel appel d’offre a été lancé et après dépouillement des offres techniques un groupe d’entreprises a été retenu, parmi elles, bien sûr, nos amis italiens, malgré un dossier incomplet, c’est normal, puisque l’assistant au dépouillement pour RFR était le même représentant de SYSTRA.
    Actuellement,(janvier 2012) on attend, depuis plusieurs semaines, l’accord des bailleurs de fonds sur le résultat du dépouillement technique, pour demander aux entreprises les offres financières. Après dépouillement, nos amis italiens sont les mieux placés pour être moins disant et auront bien sûr le marché (tout le monde en parle), pourquoi ? Les magouilles ne sont pas terminées en Tunisie… »

    Attendant les gros lots du projet : les marchés du système et du matériel roulant, ça sera la grande mascarade, espérant qu’il y aura quelqu’un pour arrêter ça.
    … »

    Attendant les gros lots du projet : les marchés du système et du matériel roulant, ça sera la grande mascarade, espérant qu’il y aura quelqu’un pour arrêter ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *