A.Chebbi: Andi ma nqollek a déchiffré les codes sociaux en Tunisie

Alaa Chebbi, invité de Hédi dans Noujoum du 20 décembre 2014, a expliqué que son programme « Andi ma nqollek », a déchiffré les codes sociaux en Tunisie.

Le programme expose des phénomènes sociaux aux spécialistes qui doivent réagir, a ajouté Alaa Chebbi.

«Aucun ne peut prendre la décision de suspendre ce programme. Mais je suis en train de préparer l’adaptation du concept de «ça se discute» avec les mêmes normes. Je garde ainsi une vocation sociale de mes programmes. Pour le moment, les cas pour Andi ma nqollek sont tellement multiples qu’il y a une programmation suffisante jusqu’au mois de juillet 2015».

«La mère de la fille qui s’est suicidé dans la région de Kairouan est venue témoigner d’un cas parmi plusieurs autres. Par la suite l’équipe du programme a décidé de focaliser l’attention sur ce phénomène. On ne peut pas accuser l’équipe du programme d’influencer les jeunes en les incitants au suicide».

Le délégué de la protection de l’enfance a porté plusieurs plaintes contre le programme, mais en fait, on n’a fait que combler le vide. C’est lui qui devait s’en charger de ces cas.

Alaa Chebbi, a assuré que les réactions suscitées par son programme sont plus importantes que les taux d’audiences. Pour la concurrence, il y a des détails qui font qu’ils ne peuvent pas être à la hauteur de «Andi ma nqollek».

Même avec une grande marge de liberté, Alaa Chebbi a assuré que certains cas ne sont pas diffusables car ils touchent des sujets très sensibles. « Un cas très sensible sera traité prochainement concernant un changement de sexe », a fait savoir Alaa.

Trois familles libyennes tentent d’entrer illicitement en Tunisie, arrêtées

Suite à l’intensification des affrontements dans la région de Zelten en Libye, trois familles libyennes composées de 11 membres ont fui en direction du territoire tunisien. Les unités de la douane et la garde nationale ont réussi à faire avorter leur tentative d’entrée illicite sur le sol tunisen.

Cette opération s’est produite au moment de la fermeture du poste frontalier Ras Jedir, a affirmé un agent de la sécurité à la TAP.

Les films du festival du «Film des droits de l’Homme» brisent les barrières des prisons

Elyes Baccar, directeur de la troisième édition du festival du film des droits de l’homme a déclaré au micro de Hédi dans Noujoum du 20 décembre 2014, que les organisateurs de cet événement ont insisté pour la tenue de cette édition juste après les JCC.

L’édition 2014 devait avoir lieu même avec un budget de 75 mille dinars, a indiqué Eleyes Baccar.

Certains films ont été projetés au sein des prisons et des institutions pénitentiaires pour les mineurs. Quatre prix seront décernés durant ce festival qui s’achève aujourd’hui, a ajouté Elyes Baccar.

Naïm Ayed: Le Festival National des Musiciens Amateurs aura lieu malgré les difficultés

Naïm Ayed, directeur du Festival National des Musiciens Amateurs à Menzel Temime a assuré, aujourd’hui, 20 décembre 2014 au micro de Hédi dans Noujoum que le casting pour cet événement n’a eu lieu que le 7 décembre.

Le comité qui travaille actuellement est venu pour sauver le festival car les artistes de la région n’étaient plus enthousiastes, a assuré Naïm Ayed.

«Le choix est tombé sur des profils actifs dans les conservatoires et les instituts de musique. Les lauréats seront accompagnés par la direction du festival pour leur garantir un bon début de carrière »

La direction du festival a choisi les 23 et 24 décembre pour organiser cette édition avec les moyens du bord. La participation du ministère de la Culture ne peut pas couvrir les frais du festival, a-t-il ajouté.

Amina Fakhet nommée reine de la chanson tunisienne

Chedli Hammas, secrétaire général de l’Union Tunisienne des Jeunes Travailleurs a annoncé aujourd’hui, 20 décembre 2014 dans Noujoum que la diva Amina Fakhet a été nommée reine de la chanson tunisienne suite à un sondage réalisé auprès de 50 mille membres de l’union.

De son côté, Amina Fakhet a exprimé sa gratitude pour cette nomination. Amina a expliqué aussi qu’elle a fait le choix de travailler en silence et d’essayer de donner une belle empreinte artistique même en restant loin des projecteurs.